grognard

date : 1812 registre moderne : 2 fréquence : 33

grognard & vieux grognard n.

Soldat de Napoléon ; vieux soldat, soldat aguerri, expérimenté ; pr ext., ancien et expérimenté (cheval, fonctionnaire)

Synonyme : soldat, fantassin Usage : militaire, guerre

1965 Je te ferai remarquer que la bataille de la Moskova a été livrée, non par les soldats de l'an II, mais par les grognards de Napoléon. 1965. La débâcle 1862 Les vieilles têtes, les moustaches grises qui avaient suivi l'empereur dans la plupart de ses batailles, et qui, après avoir échappé à tant de dangers, ne demandaient qu'à sacrifier leur vie pour leur idole, tous les rudes grognards, dis-je […] 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865 1836 J'aperçus un chef de bataillon qui était tout balafré. Ses cicatrices annonçaient un homme éprouvé, et que l'on appelle dans les régimens un grognard. C'était ce qu'il me fallait : je ne voulais pas un état-major composé de conscrits 1836. Mémoires d'un condamné ou la vie de Collet 1850 Et c'est de là [en se rendant à Pultusk] qu'il nous traita du nom de grognards, nom qui nous est resté et qui nous fait honneur aujourd'hui. 1850. Les cahiers du capitaine Coignet (Jean Mistler éd.) 1974 les « vieux grognards », ceux [chevaux] qui sont à la tâche à longueur d'année – il faut ça à Auteuil –, les « vieux serviteurs », on les appelle. 1974. Le roman d'un turfiste 1974 était un homme calme, blanchi sous le harnais, sachant faire respecter la discipline, mais équitable et parfois même bienveillant. M. Segond, vieux « grognard » de l'administration pénitentiaire, avait gravi successivement tous les échelons de l'administration 1974. J'ai été 16 ans médecin à Fresnes <6 citation(s)>

− Subst. masc., HIST. Soldat de la Garde sous le Premier Empire. Un grognard de Moscou et de Waterloo (Soulié, Mém. diable, t. 2, 1837, p. 111).Incomparable race de France qui, du grognard sous son bonnet au poilu sous son casque, n'est jamais lasse d'héroïsme (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 239) : C'est lui [l'empereur] qui avait appelé ses grenadiers « les grognards »; il leur pinçait l'oreille, il leur tirait la moustache. L'empereur ne faisait que nous faire des niches; ceci est un mot de l'un d'eux. Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 388. Prononc. et Orth. :2. subst. masc. 1812 « soldat de l'empire » (Cadet-Gassicourt, Voyage, Paris, éd. L'Huillier, 1818). Dér. de grogner*; suff. -ard*. Fréq. abs. littér. : 66. (TLFi) /

1812 (GR) / 2. subst. masc. 1812 « soldat de l'empire » (Cadet-Gassicourt, Voyage, Paris, éd. L'Huillier, 1818). (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 902