lâcheur

date : 1858 registre ancien : 6 registre moderne : 5 fréquence : 18

lâcheur

& lâcheuse (fém.)

n.

Traître, personne qui abandonne un projet en cours, qui est parti, qui a abandonné le groupe, qqun qui vous quitte quand vous avez besoin de lui, expression de mépris (poltron) ANG : a traitor, a piker

Synonyme : peureux, effrayé, peu viril, personne molle et sans caractère

2008 Je suis pas non plus une lâcheuse, je vais pas laisser mon frère s'enfoncer dans la drogue ou une saleté de ce genre. 2008. Kiffer sa race
1871 Ah ! nom de dieu ! Voilà ce que vous n'osez pas faire, citoyens membres du Comité de Salut public, Voulez-vous que le Père Duchêne vous le dise ?… Vous êtes tous des lâcheurs, comme on dit ! DES LÂCHEURS ! 1871. Le Père Duchêne (59)
1925 Où est-il, celui qui traite le Christ de lâcheur ? Je vais lui casser la gueule 1925. Mon curé chez les pauvres
1958 Personne n'avait encore remarqué l'absence de Philippe Vial, hormis Miqué […]. Sur le coup de midi, Sandrine y fit distraitement allusion, tandis qu'on revenait de l'école. –Encore un lâcheur ! grommela Charloun. 1958. Millionnaires en herbe
1898 Au cours de son ascension, Cornouillat n'a cessé de déblatérer contre son macchabée, ce lâcheur indélicat, qui non seulement frustre son ménage des chaussures promises, mais laisse vacante une sous-location, après tout rémunératrice. 1898. Bistrouille en Cour d'Assises ou le cadavre ambulant. Contes du Petit Pioupiou (5e série)
1915 On commençait à voir des lâcheurs qui s'asseyaient sur le bord de la route, s'éventaient, s'étendaient 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard
2001 Les « lâcheurs » ont squatté toutes les banquettes 2001. Sale prof !
1947 Ah ! ma p'tite Marie ! J'suis rud'ment contente de t'voir ! Que deviens-tu, vilaine lâcheuse ? 1947. Fleur-de-Poisse
1903 C'est tous des « lâcheurs » faut pas s'apitoyer sur leur sort. 1903. Les enracinées

<9 citation(s)>

LÂCHEUR, -EUSE, subst. Fam. Personne qui abandonne ses amis ou relations. Tu es aussi un joli lâcheur... oui, tu nous disais toujours que tu nous donnerais un coup de main, quand tu aurais un journal à toi (Zola, Œuvre,1886, p. 364). Le beau lâcheur! C'est comme ça que tu m'as laissée tomber. Tout ça pour une autre femme (Arland, Ordre,1929, p. 401). − En partic. Personne qui néglige momentanément ses amis ou relations. Dis donc, espèce de lâcheur, voilà quatre jours que tu es rentré et on ne t'a pas encore vu. Viens tout de suite (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 105). Rem. La docum. n'atteste pas d'emploi au féminin. Prononc. et Orth. : [lɑ ʃ œ:ʀ], [la-], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1858 « celui qui abandonne ses amis » (A. Scholl [prob. La Foire aux artistes] cité par Larch. Suppl.). Dér. de lâcher* au sens de « abandonner quelqu'un »; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 53. (tlfi:lâcheur) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).