badaud

registre ancien : 3 registre moderne : 2 fréquence : 85

badaud & badaut n.m., adj.

Spectateur naïf, curieux, sot, niais, passant, passant curieux de tout pour qui tout est un spectacle

Synonyme : curieux, indiscret

2008 un scooter fou qui est venu s'encastrer contre une grille de jardin. Le keum, il est mort. Du toit, le tragique de la scène nous a complètement échappé, juste, on a été fascinés par le ballet, le crash d'abord, puis les badauds venus s'agglutiner comme des mouches, enfin les secours. C'est chaud à dire, mais Nedjma et moi, on était détachées. 2008. Kiffer sa race 1665 Paris n'a jamais veu naistre un si sot Badaut 1665. L'après-soupé des auberges, dans Le baron de la Crasse 1624 mais à cause de ce peuple Badaut qui s'assemble, et s'imagine qu'en vertu de quelques charmes vous allez métamorphoser ce misérable Toict à pourceaux en quelqu'autre Luxembourg 1624. Les ramonneurs 1855 il allait quêtant sans cesse le conscrit ou le voyageur badaud, pour lui escamoter sa montre et son argent 1855. Galérien, dans Dictionnaire de la conversation et de la lecture 1834 Cet homme, c'est un badaud. […] il mâchonne des mots sans idée, éternue des phrases sans liaison, tousse des syllabes, et rien de plus 1834. Les deux mansardes parisiennes, dans Paris ou le livre des cent-et-un 1916 Il faut dire qu'à la guerre, où les distractions abondent, on est assez badaud. 1916. Méditations dans la tranchée 1859 Le jardin des Plantes est le préféré des badauds à cause de ses plantations variées, indigènes et étrangères 1859. Voyage autour de ma prison 2011 tous les autres sont en bas dans la cour à regarder l'intervention, comme des badauds devant un accident de voiture. 2011. Dans la peau d'un maton <8 citation(s)>

À l'origine pas de sens injurieux ; mais sources étymologiques compliquées : on l'a dit issu de Badaldus = stupidus ou encore de Bardus, dans le même sens, mais aussi de l'italien Badare = regarder. On l'a encore dit issu du vieux fr. bader qui ne subsiste plus que dans Badiner, ou issu de Bagaudes et Huet, quant à lui, tire Badaud de Bedeau. Selon Virmaître, Badaud vient de Badawe qui, en celtique = batelier, matelot ; les badauds de Paris signifiaient les bateliers de Paris ; badaud n'est donc point synonyme de bêtise mais signifie tout au plus gober = croire tout ce que l'on vous raconte (VIRM-PARISQUISEF) / C'est un sobriquet injurieux qu'on a donné aux habitans de Paris, à cause qu'ils s'attroupent & s'amusent à voir & à admirer tout ce qui se rencontre en leur chemin, pour peu qu'il leur semble extraordinaire. Un Charlatan a bientost amassé autour de luy plusieurs badauts. Ce mot vient apparemment du mot Italien badar, qui ne signifie autre chose que regarder ; comme le mot de hableur qui vient de l'Espagnol hablar, qui ne signifie que parler. On disoit autrefois en François, Bader, pour dire, Tenir la bouche, ou la gueule ouverte & beante. Quelques Auteurs derivent ce mot ab Agaudis, qui étoient des rebelles qui firent bien des desordres en France du temps de Diocletien (FUR) / Cité dans (FUR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 775