rétamé

registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 21

rétamé

& □ rétamé à zéro ; □ rétamé de neuf

adj.

Ivre, complètement soûl, ivre-mort ; malade, drogué, empoisonné ; ivrogne, homme ivre ALL : betrunken, krant

Synonyme : ivre, mort (cadavre), malade

Usage : alcool, ivrognerie, boire

1983 Avec ton ami, là-bas, complètement rétamé avec sa piquouse de schmeck et toute cette panoplie-là 1983. Le soleil qui s'éteint 1974 Écoeurés de cognac, rétamés par le whisky, rongés par le calva. 1974. Le roman d'un turfiste 1974 La vieille Amerloque, à ce qu'elle dit, a repiqué. Complètement schlass, rétamée, tous les soirs. 1974. Le roman d'un turfiste 1909 Grâce à quelques tournées supplémentaires, il était complètement rétamé 1909. Ribouldingue se marie, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) <4 citation(s)>

RÉTAMÉ, -ÉE, part. passé et adj. II. Adj., pop. 2. Anéanti; à bout de forces. Ceux-là qui s'opposent sur ma route, je les aplatis. Elle est couverte de corps, ma route, couverte de corps. La plage à midi, mais, tous, rétamés (AUDIBERTI, L'Effet glapion, 1959, p. 161 ds CELLARD-REY 1980). P. anal. [En parlant d'une chose] Hors d'usage. Il est sorti indemne de l'accident, mais sa voiture est rétamée (Lar. Lang. fr.).

Proprement : ivre-mort (SAIN-TRANCH) / Même registre que : blindé, cuivré, bronzé ; parce que l'objet à rétamer reçoit des coups ? parce que l'ivrogne se donne une belle couche (comme un objet est recouvert d'une couche d'étain) ? ou variante de blindé, cuivre ? (MCC) / Le luisant obtenu par l'étamage sématise celui d'un visage allumé par l'alcool (Esn1918) / date de vingt ans au moins (erreur de Sainéan qui le croit nouveau) (Dauzat1917MdF) / date de 20 ans au moins (erreur Sainéan) (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 471