escoffier

date : 1725 registre ancien : 9 registre moderne : 8 fréquence : 28

escoffier

& escofier ; se faire escoffier

v.tr.

Tuer, assassiner, tuer qqun (physique ou moral), blesser ; se faire tuer ALL : töten / IT : uccidere, assassinare

Synonyme : tuer, assassiner

1851 Dame, nous en escofierons au moins quelques-uns… Les autres prendront la fuite 1851. Corsaire de la République - Voyages, aventures et combats
1842 en traversant une première pièce, je t'escoffie l'homme et la femme dans le même lit 1842. Histoire complète de Vidocq et des principaux scélérats qu'il a livrés à la justice d'après les propres documens et mémoires de cet homme extraordinaire
1832 –Mais si un traître venait à découvrir aux Anglais ?… –On l'escoffie, et c'est toujours une petite consolation 1832. Le négrier - Aventures de mer
1844 Comment ! un satané Kinserlich t'allonge un coup de baïonnette, et tu te contentes de le parer sans riposter ? Il faut qu'un autre l'escofie pour toi : c'est se moquer du peuple. 1844. Le vétéran du camp de la lune. Scènes de la vie militaire
1947 D'autre part, comme son vieux miché s'était fait escoffier, elle allait se retrouver sans situation et sans ressources. 1947. Fleur-de-Poisse

<5 citation(s)>

P.-ê. du provençal escoufia «tuer» ; cf. esp. escofiar ou ital. scuffiare «enlever la coiffe», et, par ext., «décapiter», du lat. pop. exconficere, de ex- intensif et lat. class. conficere «achever» (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).