pour des prunes

date : 1630 registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 39

pour des prunes & pour les prunes ; pour des prunes blettes ; ≠ pas pour des prunes ; pas X pour des prunes ; on n'a pas été X pour des prunes locution

Pour rien, en vain, inutilement, pour quelque chose de peu de valeur, qui ne compte pas, sans effet ; ≠ pas pour rien, pas en vain, pas sans objet, donc à utiliser ; formule qui insiste le X

Synonyme : inutile, inutilement

1823 Pourquoi veux-tu faire un roman ? et encore, quel roman !… –Pourquoi ? pourquoi ? et parbleu, pour le faire imprimer : on n'est pas poëte pour des prunes. 1823. Voyage à Sainte-Pélagie 1927 c'est rapport que les poteaux et moi on a un service à te demander. D'abord, tiens ! V'là l'nanan. Comme ça tu t'seras toujours pas dérangé pour des prunes 1927. Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1904 c'est pas pour des prunes blettes que s'estomaque maintenant Véronique, la pauv' femme, quand elle pleure en voyant son homme partir à Paris 1904. La Maison Philibert 1937 Ils en raffolent des chichis fourrés ! Tu n'as pas seize ans pour les prunes ! 1937. Bagatelles pour un massacre 1801 –Peux-tu donner ça pour cinquante-cinq sous ? –Queue que tu dis ? Deux oies comme çà ! il ne les auroit pas pour quatre francs. Remets-moi ça dans le panier ; qu'il garde son argent pour des prunes 1801. Canardin, ou les amours du quai de la volaille, comédie du gros genre, en deux actes, en prose 1945 Et l'enfant de choeur ? Il monte la garde pour des prunes ? 1945. Nestor Burma contre C.Q.F.D. 1969 Il a longtemps écrit pour des prunes - ses lettres finissant invariablement leur carrière […] dans la corbeille à papier 1969. Au décarpillage 1905 Ah ! le bandit ! Il est pas bicot pour des prounes [accent it.] ! Il sait cacher son jeu ! 1905. Les audiences joyeuses 1916 Si c'était pressé, il arrivait plus vite fait qu'aucun autre ; mais, par contre, s'il se croyait du bon temps, il ne pouvait s'empêcher de faire des crochets. Dame ! que voulez-vous, on n'a pas été badaud parisien pour des prunes ! 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre <9 citation(s)>

PRUNE, subst. fém. C. Loc. et expr. fam. ou pop. Pour des prunes. Pour rien. Je lui pardonne, je ne suis pas chrétien pour des prunes (BALZAC, Corresp., 1819, p. 49). Si j'ai fait mettre le téléphone dans toutes les pièces, ce n'est quand même pas pour des prunes (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 16). [Sous une forme exclam., pour indiquer une fin de non-recevoir à une demande] Des prunes! Synon. des clous! des guignes! Voir CARABELLI, [Lang. pop.], s.d. Prononc. et Orth. : []. loc. 2e moit. XIIe s. ne preisier une prune « n'avoir aucune estime pour » (Sermons Oyez, 1295 ds MÖHREN Négation, p. 207); ca 1202 ne pas doner une prune « n'attribuer aucune valeur » (Renart, éd. M. Roques, 16318); 1er quart XIIIe s. ne valoir une prune « ne rien valoir » (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere ds MÖHREN, loc. cit.); 1507-08 pour des prunes « pour peu de choses; pour un maigre bénéfice » (ELOY D'AMERVAL, Le Livre de la Deablerie, éd. Ch. Fr. Ward, 123a)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 783