mic-mac

date : 1640 registre ancien : 4 registre moderne : 5 fréquence : 40

mic-mac

& micmac

n.m.

Combinaison suspecte, douteuse, histoire embrouillée, peu claire, malhonnête, peu régulière ; embrouille, escroquerie ; agissements suspects ; histoire compliquée ; problème administratif ; bizarrerie ; qqchose d'inconnu, d'étrange, de mystérieux

1965 Mais de cette grève loupée du 30 novembre 1938 au 1er mai 39, y a eu de drôles de micmacs entre le gouvernement et les syndicats, puisque la CGT a décrété qu'on ne chômerait pas le 1er mai. Au boulot le 1er mai, la fête du travail ! Motif : une journée de perdue, c'était des tanks et des avions en moins pour ratatiner Hitler !… 1965. La débâcle 1977 Elle avait des sous, elle payait le manger. Elle achetait le tabac et le revendait, elle faisait le mic-mac, elle passait la frontière du Luxembourg, et puis elle allait revendre en Meurthe-et-Moselle. Elle faisait du pognon comme ça. 1977. Une vie de cheval 1960 D'infinies feintes souriantes aux contrôleurs, bicause le mic-mac des ticksons non poinçonnés ! 1960. Du mouron pour les petits oiseaux 1790 Voyons Barreau de Girac, / Foutre sans aucun micmac, / Son aimable Gabrielle, / Qu'il croit lui être fidèle 1790. Le courrier extraordinaire des fouteurs ecclésiastiques, ou Correspondance intime, secrète et libertine de quelques prélats de qualité, de plusieurs prêtres paillards et d'un certain nombre de prestolets luxurieux 1904 Et puis d'ailleurs, j'en ai plein le dos de tous ces micmacs-là ! 1904. Pepete le bien-aimé 1942 Je cultiverai la terre comme mon père et ma mère la cultivaient, et je laisserai tous tes chimiques au diable. Tout ça, c'est des diableries, des mic-mac, des je ne sais pas quoi 1942. Blanchette, dans Théâtre complet de Brieux (tome premier) 1964 Bien des bobards à elle. Tout simplement des micmacs pour tenter de te faire un grand coup de charme 1964. Folle à lier 1969 Ce qu'on a pu nous faire comme mics-macs avant de nous autoriser l'abonnement à 'France-Soir' 1969. Au décarpillage 1963 Toutes les fois que je me suis donnée ça a été à fond, mais jusqu'ici c'était plutôt des amis de mon père dont un m'a initiée au pelotage l'un l'autre. Maintenant tout ce mic-mac me dégoûte et j'écris des vers pour mon idole. 1963. Les perles de Vénus 1990 C'étaient des histoires trop grandes et trop complexes pour ma pauvre tête pleine de vent, ces micmacs de came et de fric 1990. L'étage des morts 1888 Toute cette histoire, d'un bout à l'autre, ce mic-mac de punition tournant à la permission 1888. Le train de 8 h. 47 <11 citation(s)>

MICMAC, subst. masc. Familier A. Arrangements secrets et compliqués afin de parvenir à ses fins; manigances, menées obscures et embrouillées dans un but intéressé. Je ne donnerai pas dans le micmac des arrangements de Hello en mousquetaire, c'est insensé (SAND, Corresp., t. 4, 1854, p. 12). Burle ne lui donnait jamais que des acomptes [au boucher]; un micmac épouvantable, un embrouillamini de chiffres où le diable ne pourrait se reconnaître (ZOLA, Cap. Burle, 1883, p. 12). Les Juifs (...) se mirent à intriguer pour être versés dans les services de l'arrière et ceux qui n'avaient pas de relations se livrèrent à tout un micmac pour arriver à se faire réformer (CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 43).

B. P. ext. Désordre jugé inextricable. Une à une les pièces du dossier s'en étaient allées Dieu sait où, voir si le printemps s'avançait; celles-ci lâchées sur la province à la fin de compléments d'instruction, celles-là emmêlées par erreur à des pièces d'autres dossiers. D'où un micmac de paperasses à défier un cochon d'y retrouver ses petits et l'immobilisation définitive d'une affaire devenue insoluble (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 1er tabl., III, p. 47).

Expr. C'est un micmac où personne ne comprend rien (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 215). Un micmac à n'y rien comprendre (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 580).

Prononc. et Orth. : [mikmak]. Ac. 1694 : michmac ou miquemac, dep. 1718 : micmac. Étymol. et Hist. 1. Début du XVIe s. micquemacque « intrigue, agissements suspects » (Recueil de farces fr. inédites du XVe s., éd. G. Cohen, XL, 308); 1640 micmac (OUDIN Curiositez); 2. 1876 « grand désordre » (RICHEPIN, Chans. gueux, p. 61). Altération du m. fr. mutemacque « rébellion, émeute » (1re moitié du XVe s. meutemacre, MONSTRELET, Chronique, II, 213 ds GDF.; ca 1462 mutemacque, Cent nouvelles nouvelles, 99, éd. Fr. P. Sweetser, p. 575, 637), issu de la loc. verb. de m. néerl. muyte maken « faire une émeute ». Le fr. a également empr. meutemacre « mutin, séditieux » (MONSTRELET ds GDF.) au m. néerl. muytemaker « id ». Mutemacque s'est prob. altéré en micmac en prenant le caractère d'un mot expressif contenant la succession des voyelles i-a comme bicquebacque « bascule de puits », cric-crac*, fric-frac*, tic-tac*, trictrac*, zigzag*, v. A. THOMAS ds Romania t. 41 (1912), pp. 80-84 et LEW. 1968, pp. 35-37, ainsi que FEW t. 16, p. 590. Fréq. abs. littér. : 17. (TLFi) /

P.-ê. altér. de meutemacre «rebelle», du moy. néerl. muytmaker « mutin » ou (P. Guiraud), lat. de la Vulgate migma, atis « mélange » (GR) / Altération du m. fr. mutemacque « rébellion, émeute » (1re moitié du XVe s. meutemacre, MONSTRELET, Chronique, II, 213 ds GDF. ; ca 1462 mutemacque, Cent nouvelles nouvelles, 99, éd. Fr. P. Sweetser, p. 575, 637), issu de la loc. verb. de m. néerl. muyte maken « faire une émeute ». Le fr. a également empr. meutemacre « mutin, séditieux » (MONSTRELET ds GDF.) au m. néerl. muytemaker « id ». Mutemacque s'est prob. altéré en micmac en prenant le caractère d'un mot expressif contenant la succession des voyelles i-a comme bicquebacque « bascule de puits », cric-crac, fric-frac, tic-tac, trictrac, zigzag, v. A. THOMAS ds Romania t. 41 (1912), pp. 80-84 et LEW. 1968, pp. 35-37, ainsi que FEW t. 16, p. 590 (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 412