bigler

date : 1800 registre ancien : 9 registre moderne : 7 fréquence : 44

bigler

& (bibler) ; rebigler

v.tr.

Voir, regarder, regarder attentivement, avec intensité, avec insistance ; regarder de nouveau

Synonyme : regarder, observer, voir

Famille : bigler

1937 Enfin vraiment un curieux mélange… Je le bigle de quart… encore un peu… comme ça tout en brinquebalant 1937. Bagatelles pour un massacre 1969 Et je te bigle sous la table 1969. Au décarpillage 1949 maintenant que je la voyais grandeur nature, avec mes deux châsses, en relief, j'avais l'impression de l'avoir déjà biglée quelque part, cette sirène 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain 1953 Et il n'y avait toujours pas de musique. Tout le monde avait l'air de nous regarder. Surtout la Suzy qu'ils biglaient. 1953. De la boue et des roses 1953 Par la porte restée ouverte, je viens de bigler une lueur sur le palier. 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? 1953 Je roule sans but, les mains au volant, en biglant les mousmées habillées de clair et joyeuses comme tout sous le soleil. 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? 1956 Je reconnais la dame, je l'ai déjà biglée sur les photos extraites du film. 1956. Fais gaffe à tes os 1965 Je lui ai largué ses trois cents et ai pris place sur mon grabat, dans un coin fenêtre d'où je pouvais bigler la rue 1965. Le Tigre entre en piste <8 citation(s)>

BIGLER, verbe. B.− Emploi trans. Pop., arg. Regarder quelqu'un ou quelque chose avec curiosité, avec insistance, ou avec envie. Bigler une femme dans la rue, bigler une belle voiture, les moindres détails d'une scène : 2. Ils recommençaient à nous bigler... Ils posaient leurs loupes pour mieux voir... si on n'était pas des bandits... des escarpes en rupture de tôle!... Céline, Mort à crédit,1936, p. 185. Absol. : 3. Quand je remontais les boulevards, je le croisais, je l'apercevais de très loin... Il [Antoine] marchait pas comme les autres... Il s'intéressait à la foule... Il biglait dans tous les sens... Céline, Mort à crédit,1936p. 196. − P. ext. V. synon. zieuter : 4. ... Le jeune girafeau, cité première strophe, Grimpé sur cette planche entreprend un péquin Lequel, proclame-t-il, voulait sa catastrophe, Pour sortir du pétrin bigle une place assise Et s'y met. Queneau, Exercices de style,1947, p. 102. ÉTYMOL. ET HIST. − xvies. biscler intrans. « loucher » (P. Belon d'apr. DG) ; 1611 bisclant part. prés. (Cotgr.) ; 1642 (A. Oudin, Seconde part. des recherches ital. et fr., Paris) ; 1848 trans. (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4) ; d'où 1800 arg. bicler « regarder, voir » (Les Brigands Chauffeurs dans Sain. Sources Arg. t. 2, p. 90). Empr. à un lat. pop. *bisŏcŭlare « loucher » (bis « deux fois, de travers » et *oculare « regarder » < oculus, œil*); forme bigler d'apr. bigle*. Dans l'hyp., moins vraisemblable, où bigle1* serait préexistant à bigler (EWFS2, v. bigle1), celui-ci en serait dérivé. (tlfi:bigler) /

À l'origine : loucher (XVIe, biscler; p.-ê. du lat. pop. bisoculare, de bis « deux fois », et oculare « regarder », de oculus « oeil » ; refait d'après bigle (→ Bigle) ; pour Guiraud, la forme est plutôt bigiculare, du rad. big- ; cf. les régionaux bigue, biguer) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 996