chambrer

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1926 registre moderne : 7 fréquence : 29

chambrer & se faire chambrer ; se chambrer v.tr.

Taquiner, se moquer, plaisanter, railler, mettre en boîte, mystifier, faire un canular, prendre qqun pour un imbécile ; se faire railler ; se moquer mutuellement

Synonyme : railler, se moquer

1955 –Oh ! fais pas de carnage… Riton, au fond c'est jamais qu'un demi-sel ! –D'accord conclut Charly, mais je n'veux pas qu'il joue les « caïds » et qu'il se permette de me chambrer 1955. Pas de pitié pour les caves 1952 Ils ont prospecté les Halles, forcé à coups de verre de vin blanc sur la sympathie des gars du carreau, et, se donnant pour des organisateurs sportifs, chambré un brave bougre de porteur au diable 1952. Mon taxi et moi 1949 C'était Pierre Laval qui avait demandé aux Français de les distraire, des les « amuser » et de les « chambrer » 1949. Mémoires d'un contrôleur des wagons-lits recueillis par René Delpêche 1969 Son visage s'éclaire, quand on le chambre en douceur 1969. Au décarpillage <4 citation(s)>

CHAMBRER, verbe. P. ext., arg. Chambrer qqn. Se moquer de lui. Synon. railler, pop. charrier. Marinette entrait tout juste. On s'est mis à se marrer. Elle a compris. C'est moi qu'on chambre, elle a fait (...) Arrêtez votre charre (A. SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 162). Étymol. et Hist. 4. 1926 pop. « railler » (ds ESN. sans ex.); 1927 (Tillet ds La Pédale, 9 nov., p. 14, col. 1 : [notre speaker] commença par se faire « chambrer », il n'avait pas l'accent!) (tlfi:chambrer) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 371