du tonnerre

date : 1833 registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 38

du tonnerre & X du tonnerre ; du tonnerre de Dieu ; du tonnerre de Zeus locution

Intensif (de qualité, de quantité) : très bien, très efficace, extraordinaire, énorme !

Synonyme : intensif grave, le comble, important, qualité (de bonne), de qualité supérieure

1977 Avec un cerceau (des cerceaux souples de tonneaux), on leur attachait après la queue, alors ça s'accrochait dans les pierres, pan ! pan ! le cerceau partait devant le chien, le chien passait dedans. C'était joli à voir et ça réveillait tout le monde. Un boucan du tonnerre. On mettait les voiles vite fait ! 1977. Une vie de cheval 1935 Ce compartimentage absolu qui consiste, une fois l'installation faite, à boucher tous les trous, toutes les voies par lesquelles les câbles passent est un travail du tonnerre de Dieu 1935. Le premier voyage de Normandie, dans Panorama de la pègre 1952 –C'est une fille du tonnerre. Il trouve l'expression très exacte 1952. Une fille du tonnerre 1956 C'est un mec qui va t'en raconter des vertes et des pas mûres sur Gil Andréa et ça te fera un papier du tonnerre 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1950 Il faut dire que pour elle une seule chose comptait, c'était ses fesses. Mais alors, pour rien cacher, elle avait ce qui se fait de mieux dans le rayon, la gazelle. Du cousu main, un popotin du tonnerre de Zeus 1950. Ainsi soit-il 1955 habille-toi en vitesse, on va aller casser la graine dans une petite crèmerie que j'connais, on y becte bien et le vin est du tonnerre 1955. Pas de pitié pour les caves 1954 Riton avait collé aux mômes de Catherine une purge du tonnerre 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville 1938 Il n'a pas de chapeau, est très grand, a une cravate du tonnerre de Dieu, des épaules porte-manteau, une taille serrée 1938. Moi, un nain 1957 S'il allait clampser, ce serait vacherie et compagnie car Benoît a déjà une trouille du tonnerre de Dieu 1957. Carnaval à cinq 1952 Il lui fallait vraiment une volonté du tonnerre pour tenir le coup 1952. Rencontre dans la nuit 1969 Du tonnerre, cette bagnole 1969. Au décarpillage 1952 Total, une nuit dehors, un turbin du tonnerre et pas un conin de paumé. 1952. Émile et son flingue 1990 Mauvais plan. La grosse vache est la femme d'un conseiller référendaire à la Cour des comptes. Elle fait un foin du tonnerre. 1990. L'étage des morts 1971 « […] On va d'abord aller manger avec Mimile, et après j'irai avec toi payer ta piaule. » Ça alors, c'était du tonnerre. 1971. Histoire de Michèle 1990 Les gardiens « aménagés » (je rappelle qu'il s'agit de fonctionnaires blessés en service qui se voient confier des tâches administratives) téléphonent à mon domicile pour me prévenir que les Anglais font un barouf du tonnerre 1990. Pickpockets ! Vingt ans de flagrant délit : un flic parle 1977 Paraît qu'on fait un boulot du tonnerre de Dieu. Moi, je veux bien. Ça nous arrange. 1977. Faut pas rire avec les barbares 2011 La détonation a fait un boucan du tonnerre, amplifiée par le souterrain. 2011. La nuit du vigile <17 citation(s)>

TONNERRE, subst. masc. 1. Loc. pop., fam. a) Du tonnerre ) Loc. adj. Formidable, extraordinaire; admirable. Synon. fam. terrible. C'est du tonnerre! Une fille du tonnerre. Pour une fois qu'il avait un jeu du tonnerre (ARAGON, Rom. inach., 1956, p. 59). ) Loc. adv. Formidablement. Ça marche du tonnerre (GDEL). b) Un tonnerre de + subst. [Avec la valeur d'un superl.; exprime l'admiration] Un tonnerre de pays où chacun pouvait prendre ses arpents de terre (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 174). c) Loc. adv. Le tonnerre. Très bien, très vite; puissamment et violemment. La Reine: J'ai galopé comme une rafale. Pollux allait le tonnerre (COCTEAU, Aigle, 1946, III, 6, p. 398). Jouer le tonnerre (ESN. 1965). SPORTS. Marcher le tonnerre. ,,Tenir la grande forme`` (PETIOT 1982). 2. [Sert de juron ou entre dans de nombreuses loc. interj. à valeur de jurons] Tonnerre de sort! Tonnerre de tonnerre! Tonnerre de Brest, de Zeus, du diable! Tonnerre et sang! Nom d'un tonnerre! Mille (millions de) tonnerres! Tonnerre! je veux me fâcher bien fort; ma malle n'est pas encore arrivée (STENDHAL, Corresp., t. 1, 1804, p. 83). Sacré tonnerre de nom de nom! Eh bien, me voici dans de beaux draps! (MARTIN DU G., Gonfle, 1928, II, 8, p. 1213). [Dans des formules imprécatoires] (Que) le tonnerre l'emporte, l'enlève! Que le tonnerre écrase cette vieille qui nous fait droguer pour rien! (SUE, Myst. Paris, t. 7, 1843, p. 3). 3. Tonnerre de Dieu. V. ce mot 2e Section II B 3 b et . Au tonnerre de Dieu/dieu. Très loin. Il y avait des étoiles jusqu'au tonnerre de dieu! (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 188). Je suis à Toul, tu comprends? Toul! Une ville moisie, au tonnerre de Dieu (DUHAMEL, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 154). Étymol. et Hist. 4. a) 1790 jurons triple million de tous les cinq cens milliards de tonnerres de Dieu, Tonnerre de Dieu (Jean Bart, no 67, p. 6; no 93, p. 3 ds QUEM. DDL t. 19); b) 1873 (ZOLA, Ventre Paris, p. 725: Il fait un froid du tonnerre de Dieu). (TLFi) /

Cité dans (GR), non daté (citation Zola, l'Assommoir) / Cité dans (TLFi) : meilleure date 1833 Balzac /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 965