cuit

registre moderne : 6 fréquence : 58

cuit & être cuit ; c'est cuit part.p.

Expression fataliste indiquant qu'il n'y a pas d'espoir de s'en sortir, être perdu (divers usages) : être condamné à mourir, près de la mort, moribond (maladie, condamnation....) ; être trop tard ; être assuré de se faire arrêter, de se faire interpeller ALL : verloren sein

Synonyme : tard, retard, trop tard, échec, insuccès, échouer, manquer

1957 À Paris, j'vais essayer de te dégotter une autre place. Car pour toi, la Belgique, c'est cuit maintenant 1957. Du riffifi chez les femmes 1973 –Levez les bras ! crie le commissaire. Les truands hésitent un moment. Mémé alors leur dit : –Faites ce qu'il vous dit, c'est cuit ! 1973. Les Guérini. Grandeur et chute 1851 Pas la peine, vieux, je suis cuit… n, i, ni, c'est fini ! 1851. Corsaire de la République - Voyages, aventures et combats 1982 Après trente ans, « tout était cuit » 1982. Histoires de la nuit parisienne 1937 Foules ! Pour la paix juive, vous irez demain porter vos tripes aux quatre coins du monde… C'est ainsi cuit ! 1937. Bagatelles pour un massacre 1937 C'est fini, on est surpassé, la science est devenue trop bluffeuse, du côté Barnum c'est tout cuit, ça peut plus couvrir les frais 1937. Bagatelles pour un massacre 1955 avec dans le buffet le plantureux repas que nous lui avons offert, il sera cuit 1955. Les rats de Montsouris 1950 On finit toujours par foutre une partie de soi sur ceux que l'on approche. C'est fatal. Il n'y a rien à faire contre. Alors c'est cuit 1950. Ainsi soit-il 1950 Si on tournait le dos une seconde c'était cuit, dès qu'il apercevait une bouteille quelconque, il la lâchait plus 1950. Ainsi soit-il 1950 Enfin il a eu un hoquet, et il est retombé en arrière. Il était cuit, cette fois, fait comme un rat 1950. Ainsi soit-il 1954 Nous disposions dans Paris, jusqu'à ces derniers jours, de deux toits où déployer l'antenne. Les motocyclistes gonio les ont repérés. C'est cuit 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville 1917 j'ai été pris sous un éboulement ; sans Morel qui m'a tiré de là, j'étais cuit 1917. La délivrance de Noyon 1999 Elle est trop courte pour accrocher à la balustrade. Il manque un mètre. C'est cuit, mon papa ! 1999. Deux frères - flic et truand, première partie (Michel) (le truand) 2006 Pasqua me charge pour le couvrir. Il sait que si son bras droit apparaît, il est cuit. 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police 1881 Eh bien, Boyon, lui a-t-il dit, vous voilà avec un coup de revolver ? –Mais oui, mon commandant ; je suis cuit. 1881. Annexe 3833. Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur le régime disciplinaire des établissements pénitentiaires de la Nouvelle-Calédonie 2004 Bensafar avait su qu'il était cuit quand les premiers coups de marteau avaient ébranlé le toit de la cache. 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne 1928 j'ai venu prendre un verre de vulnéraire… Tenez, v'là encore le verre qu'est là… Mais quand j'ai revenu, il était cuit… […] Un gars de c't âge-là !… Si c'est pas terrible de voir ça !… Le coup que ça m'a donné ! 1928. La racaille 1953 Je l'attrape, le soulève. Zéro. Le lieutenant lui lève une paupière. Rien à faire : il est cuit. 1953. ...et ça continue ! <18 citation(s)>

CUIT, CUITE, part. passé et adj. b) [P. réf. à une substance brûlée au feu] L'affaire est cuite; c'est cuit. ,,C'est manqué, fichu`` (RIV.-CAR. 1969). C'est cuit; nous avons perdu le procès (MORAND, Extrav., 1936, p. 198). c) Ruiné, perdu. Je suis bien bête, Dieu me protège, car si cet animal s'était adressé demain à ces messieurs, j'étais cuit (BALZAC, Melmoth, 1835, p. 327). (tlfi:cuit) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 978