cossard

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1898 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 23

cossard & cossarde (fém.) n., adj.

Qui a la cosse : paresseux, fainéant, improductif ; insulte ALL : faul / ANG : a lazybones

Synonyme : paresseux, improductif Morphologie : -ard Famille : cosse (paresse)

1965 Je suis un Polak de Béthune. Rien de bizarre, mon père a été importé en 1920, quand les Français se sont trouvés trop cossards pour descendre au fond des mines et qu'il a fallu embaucher en Pologne des métèques de bonne volonté. Mon père, c'était le pauvre mec, mais moi, pas fou, en sortant de l'école je me suis mis aide-comptable. J'ai mon brevet, et vous ne pourriez pas en dire autant, vous, les Gaulois !… 1965. La débâcle 1960 Un peu cossarde au démarrage, mais correcte au tapin dès qu'elle s'y met cette pucelle ! 1960. Du mouron pour les petits oiseaux 1927 On s'habitue vite à être cossard dans le métier de millionnaire 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1943 Ces gens que vous avez vus ne sont pas intéressants. À cette heure, tout le monde doit être en piste. Mais il y a toujours, partout, des cossards, des gards qui se planquent et qui, par ce froid, viennent au bar pour se chauffer 1943. Batailles dans le ciel 1918 Fait un temps d'flemme ; je m'sens cossard. 1918. Au seuil des guitounes <5 citation(s)>

COSSARD, ARDE, adj. et subst. Populaire I.− Adj. Fainéant, flemmard (cf. cosse2). Fait un temps d'flemme Je m'sens cossard (Genevoix, Seuil guitounes,1918, p. 109).Quelle race dégoûtante! Tous (...) cossards! Ils se les roulent toute la journée à l'arrière (Barbusse, Feu,1916, p. 25). II.− Subst. Un gros cossard. Ce cossard-là n'aime pas beaucoup le travail des leçons (Arnoux, Rêv. d'un policier amateur,1945, p. 195). (tlfi:cossard) /

Provincialisme vendée : dans la Vienne, cossard = busard, oiseau paresseux, type de l'indolence (SAIN-TRANCH) / La cosse désigne le gousset : il s'agit probablement du dépensier prodigue qui ne gagne pas d'argent (AYN) / P.-ê. de cossu (le cossu étant suffisamment riche pour ne pas travailler) ; P. Guiraud rattache le mot au dial. (poitevin) cossard « souche », d'où par métaphore « personne lourde » (XVIIe-XIXe), p.-ê. sous l'infl. de cossarde « buse », animal réputé pour sa passivité (GR) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) / Étymol. et Hist. Prob. dér. de cossu* par changement de suff. (le cossu étant suffisamment riche pour ne pas travailler) v. FEW t. 2, p. 826b, s.v. cochlea. (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 448