condé

date : 1822 registre ancien : 9 registre moderne : 9 fréquence : 61

condé

& (coudé) ; avoir un condé ; avoir le condé ; lever le condé ; condé de briques

n.m.

Permission, passeport ; □ autorisation de vendre sur la voie publique (camelot) ; □ faveur, autorisation officieuse ou pas de faire qqchose d'interdit (contrevenir à interdiction de séjour, contrevenir à réglementation des jeux, contrevenir à la réglementation concernant la prostitution), généralement en échange de renseignements (indicateur) ou d'autres profits (argent, sexe, etc.), proche parfois de corruption ; rien à craindre ALL : Erlaubnis / ANG : permission / IT : permesso, licenza

Synonyme : autorisation, permission, moyen, possibilité / y avoir

Morphologie : n/u

Famille : condé

Usage : police

1972 Le « condé », c'est l'autorisation, le feu vert, accordé à une professionnelle qui peut racoler ouvertement, sans risquer d'être ramassée continuellement par les « bourgeois » de l'arrondissement 1972. Dossiers secrets de la Brigade Mondaine
1972 Mais le « condé » ne s'obtient pas facilement. Pour l'avoir, et figurer sur la liste confidentielle renouvelée mensuellement et que tout « bourgeois » possède, il faut lâcher du lest, donner des renseignements à la P.J. 1972. Dossiers secrets de la Brigade Mondaine
1935 Tu t'étonnes peut-être que je n'aie pas pris la succession, que je ne me sois pas établi vendeur de bijouterie en fer doublé cuivre ? Simplement parce qu'une autorisation de la police est nécessaire pour vendre dans la rue, un condé, en langage technique, et qu'un condé ne s'obtient que contre une forte somme qui était partout, sauf dans ma poche. 1935. Viande à brûler
1973 Le temps des ports d'armes, des ordres de mission, des coupe-file. Ces fameux « condés » leur ouvraient toutes les portes 1973. Missions spéciales
1969 Il lui obtient un condé pour la nuit 1969. Les flics
1969 Ils [les tricards] cherchent à obtenir un « condé ». Le condé, c'est la permission de séjourner à Paris 1969. Les flics
1945 [la police] ne sévit plus contre la fille cartée : elle a passé le plus souvent avec celle-ci une sorte de compromis, de pacte, qu'on appelle le 'condé' 1945. Femmes à l'encan - un esclavagisme patenté
1945 Ce pacte, « le condé » garantit ainsi à la fille une activité « ordonnée et bien réglée » 1945. Femmes à l'encan - un esclavagisme patenté
1976 Jamais un indicateur ne sera mis en cause par un garde. Cet indicateur pourra être un braco, pris en flagrant délit, mais épargné, dans le but d'en obtenir des renseignements par la suite (« Condé »). 1976. Braconnage - contre-braconnage (chasse-pêche)
1952 Désormais j'avais un condé, comme disent les malfrats, c'est-à-dire que j'étais protégé des autres flics par ce commissaire. Un condé. Indicateur de police 1952. Rencontre dans la nuit
1952 –On a un condé, répliquai-je. –Un condé, devant un meurtre, ça ne tient pas. C'est trop sérieux 1952. Rencontre dans la nuit
1976 Ce trafic honteux [entre agent en civil et prostituée] se dénomme, en argot policier, le « condé », sorte de contract tacite qui lie la fille publique à l'agent en bourgeois […] moyennant faveurs de toutes sortes 1976. Un septennat policier - Dessous et secrets de la police républicaine
1927 Lundi, je [prostituée] suis emballée. Je sors mercredi. Je me disais : « J'ai mon condé [autorisation de sortie?], je vais pouvoir turbiner tranquillement. » Penses-tu ! 1927. Maisons de société - Choses vues
1986 Tel inspecteur qui touche entre sept mille et huit mille cinq cents francs par mois selon ancienneté et qualification […] et auquel on offre une substantielle enveloppe en échange d'un « condé », n'a-t-il pas du mérite à se draper dans sa dignité ? 1986. Rue Saint-Denis. Rites, personnages et secrets du quartier le plus chaud de Paris
1986 Ce qu'il me faudrait c'est un bon condé – une protection quoi – si possible un flic. Je lui donnerai une enveloppe tous les mois. 1986. Rue Saint-Denis. Rites, personnages et secrets du quartier le plus chaud de Paris
1955 j'avais devant moi « François la bagnole », interdit de séjour, qui venait me demander un « condé » 1955. Les dessous de Paris - Souvenirs vécus par l'ex-inspecteur principal de la brigade mondaine Louis Métra
1955 J'ai un condé « propre », ça m'en coûte « d'aller au refile » tous les mois, mais j'y gagne tout de même 1955. Les dessous de Paris - Souvenirs vécus par l'ex-inspecteur principal de la brigade mondaine Louis Métra
1955 Notre homme qui voulait rester à Paris demandait un « condé » en échange du concours qu'il nous promettait 1955. Les dessous de Paris - Souvenirs vécus par l'ex-inspecteur principal de la brigade mondaine Louis Métra
1947 Le grand «condé» du règne Chiappe était le don à la Maison des Gardiens de la Paix, proportionné à l'importance des délits ou des crimes 1947. Mon journal dans la drôle de paix
1872 J'entifle chez le card, faire maquiller un condé [pour me faire délivrer un passeport]. 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (7)
1822 et l'itre coutime babillé, je n'y itre mouchaillé floutière de vain et crêpiniere de chenu, pourquoi j'itre foncé condé de le cartauder. 1822. Supplement au dictionnaire argotique, Contenant tous les mots qui sont en usage parmi les bons grivois, et qui ne sont point contenus dans le Dictionnaire de l'Argot, par M.B.H.D.S., Archi-suppôt de l'Argot
1990 Mais en s'étant éloigné de lui-même des flics de la brigade après le départ de Claude, il s'est interdit en même temps la protection d'un condé. 1990. Pickpockets ! Vingt ans de flagrant délit : un flic parle
1883 Lever le condé, c'était avoir l'autorisation de la préfecture. 1883. Le Tableau de Paris
1883 ce n'était pas ainsi quand celui qui levait le condé n'avait guère plus d'argent que les gagistes 1883. Le Tableau de Paris
1883 n'abandonnent pas leurs frères de voyage qui ont besoin du condé encore. 1883. Le Tableau de Paris
1976 De suite, le grand caïd, preuves à l'appui, lui cita les hôtels où, pour bénéficier d'un condé, les tauliers versaient de l'oseille. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<26 citation(s)>

CONDÉ, subst. masc. Argot A.− Permission accordée par une autorité. Sur le quai [d'embarquement pour le bagne] peu de civils (...) sauf ceux qui ont le condé (A.-L. Dussort, Journal, 1930, ms. dép. par G. Esnault, 1953, p. 4). P. ext. Il a été bridé du côté de son baron qui y a refusé le condé de s'engager aux zouaves (Bruant1901, p. 187). − Spécialement 1. Autorisation accordée généralement par le maire, de donner des représentations, de tenir des jeux de hasard, de vendre, etc. sur la voie publique. Ne pourriez-vous pas demander des permissions de vendre sur la voie publique? − Ah! oui, des condés (Larch.Nouv. Suppl.1889, p. 68). Rem. Attesté ds Lar. 19e-20e. 2. Mod. Autorisation tacite, accordée par la police, d'exercer une activité en marge de la légalité (recel, prostitution, maison de jeux etc.), en échange d'informations : 1. Tous les tauliers de clandé, tous les patrons de course par course, en quête d'un condé pour continuer à flinguer les éconocroques des caves allaient [essayer de renseigner la police] A. Le Breton, Du Rififi chez les hommes,1953, p. 79. Rem. Attesté ds Lar. encyclop., Rob. Suppl. 1970. Étymol. et Hist. 1. a) 1822 « permis » (Suppl. au dict. arg., Mézières ds Esn.); cf. 1841 avoir le condé de faire qqc. (P. Joigneaux, Les Prisons de Paris, p. 162); (tlfi:condé) /

Etym. incert., probablt de la même famille que compte (GR) / Passé de mode, n'est plus guère employé dans le milieu (Michel Alexandre) / Extension du sens original (Brigouleix) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).