bourde

date : 1180 registre ancien : 6 registre moderne : 6 fréquence : 33

bourde & faire une bourde ; commettre une bourde ; répandre des bourdes ; lâcher une bourde n.f.

■ Faute, sottise, gaffe ; erreur, ânerie ; erreur, grosse erreur ; ■ mensonge, histoire fausse ; ■ plaisanterie leste, grossière

Synonyme : erreur, gaffe, mensonge, insincérité

1935 Un officier partisan des Bolcheviks ! Un officier révolutionnaire pratiquant ! Pas besoin de se triturer les méninges pour deviner d'où vient cette fable : des bolcheviks eux-mêmes, parbleu ! Ils devraient se renseigner sur l'esprit de l'officier de marine français, la réaction faite garde-chiourme, avant de répandre des bourdes aussi grossières. 1935. Mer Noire xxxx Ung beaul soyant c'est ung beaul parleur, bien enlangaigie, qui scet decepvoir justice ou aultres gens par belles bourdes xxxx. Extraits du procès des coquillars, dans Etudes sur l'argot français 1648 Quoy ! ce n'est pas bon or ? ô grand Dieu, quelle bourde ! 1648. L'intrigue des filous 1875 il gobe toutes les bourdes qu'on lui débite 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870 1910 Mais s'adressant à une vieille fille, il se disait : –Elle avalera cette bourde 1910. Contes de l'étape 1899 Vous croyez donc que je suis bouchée à l'émeri, pour m'envoyer des bourdes pareilles 1899. Les Mémoires de M. Goron - Haute et basse pègre 1832 Mes bonnes zens, ze ne sais pas trop ce que ze vous dirè. Z'ai fait biè des petites bourdes aux Anglès : on a tant d'peine à gagnè sa pauvre vie dans c'monde et à la mé (à la mer) ! 1832. Le négrier - Aventures de mer 2007 C'est là qu'elle surgit, tout de blanc vêtue et par un froid glacial, sur la muraille de Chine. –Oui. Et elle dira aux Chinois : « Nous allons vous aider. » Vous pensez ?… Puis ce sera le Québec. Nouvelle bourde. 2007. La défaite en chantant (Conversations avec Dominique de Montvalon) <8 citation(s)>

Orig. obscure, p.-ê. à rapprocher de l'anc. provençal borda « vantardise » ou (Guiraud) de la forme dialect. borde, var. de bourre «flocon», par métaphore « mensonge », du gallo-roman burra, burrita « coquille ; fétu » (GR) / Ce mot vient de l'Italien burla (Ménage cité par FUR) / Bourguig. bode ; provenç. borda. Diez, le prenant au sens de divertissement, y voit une contraction de behort, joute à la lance, behorder, jouter à la lance ; d'où, par extension de sens, jeu, puis raillerie, mensonge. La difficulté est cette contraction même. Toutefois il est vrai qu'on la trouve réellement effectuée dans le provençal, où le behort est dit beor, biort, et enfin bort, et dans le français, où l'on trouve aussi bourder pour behourder, bourde pour bâton (voy. BOURDE 2). En prenant en considération les différentes formes et les différents sens de behort et behorder, dans l'ancien français et le bas-latin, la conjecture devient tout à fait vraisemblable (Littré) / faute lourde : XVIIIe (GR) / Cité dans OUD1649 / Cité dans (FUR) / Cité dans Littré / Cité dans AF1762 /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 384