marron

fréquence : 3

marron

n.m.

Plaque de zinc carrée attestant passage ; anneau prouvant que le service a été bien fait ; plaque de fer-blanc servant à faire reconnaître par les factionnaires ceux qui, comme chefs, ont le droit de parcourir le bagne pendant la nuit

Usage : prison, carcéral

1875 En outre, par un guichet semblable à la bouche d'une boîte à lettre, ils jettent un marron, sorte de plaque en zinc carrée 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870 1836 Il parvint à surmonter d'autres obstacles [lors de son évasion] dans les cours au moyen d'un marron qu'il avait fabriqué. 1836. Bagnes, prisons et criminels (III) 1859 un trou de tirelire, destiné à recevoir, à toutes les heures de la nuit, ce qu'on appelle un marron, sorte d'anneaux portant des numéros d'ordre servant à constater si le service a été bien fait. 1859. Voyage autour de ma prison 1859 Pour peu qu'on ait le sommeil léger, on entend le bruit assez désagréable de la chute de ces marrons sur le fond métallique de la boîte. 1859. Voyage autour de ma prison <4 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 610