bonnir

date : 1811 registre ancien : 9 registre moderne : 9 fréquence : 75

bonnir & bonir ; bonire ; (bounir) ; □ sans bonir un mot ; □ sans en bonnir une v.tr.

Dire, parler, instruire d'une chose, expliquer, raconter, assurer, affirmer, déclarer, causer, jaser ; □ sans dire un mot ALL : reden, schweigen / IT : dire, palesare

Synonyme : parler, dire Famille : bonir

1957 Elle esgourde attentivement mon boniment sans cligner ses battants et sans en bonnir une. 1957?. Dix ans de frigo 1969 ils bonnirent au gus une histoire à faire rêver San Antonion lui-même 1969. L'humour dans les prisons 1957 P'tit Louis, tu te souviens du vanne qu'il nous a bonni, le jour où on chahutait avec Zizi ? 1957. Les eaux troubles de Javel xxx Moutron drogue à sa largue : / Bonnis moi donc, Girofle, / Que sont ces pègres-là ? xxx. Chanson morale (Chansons dans la langue bigorne), dans François-Vincent Raspail ou le bon usage de la prison 1872 J'ai deux livres de gras-double, veux-tu me bonir un fourgue qui me les attrique ? 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (2) 1821 je l'ai fait bounir, … oui il est le bon… 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 Il faudra que j'aille bounir [bonnir] avec la ratichonnesse. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1905 –C'est bon !… La ferme !… si t'as pas mieux à bonir ! 1905. Le Tigre & Coqueliquot 1911 Je suppose donc que le papa à la faraudèque Eusébie, c'était Messière Pétrousquin, et je suis sûr d'avoir mis le nez dessus… ne bonnis pas le contraire… 1911. Le journal à Nénesse 1911 Débarrasse Linette de ta présence le plus tôt possible, bon jeune homme, mais je t'avertis : ne raboule plus dans ma niche, parce que tu y trouverais un cheveu… J'aime mieux te bonnir franc… Ta place sera occupée tout de suite… 1911. Le journal à Nénesse 1956 Comme j'ai besoin de parler, je lui bonnis la mission dont je suis chargé. 1956. Fais gaffe à tes os <11 citation(s)>

Voir boniment / Littéralt « rendre bon » qui remonterait par l'intermédiaire des saltimbanques et des comédiens à l'argot ital. imbunire « distraire aux fins de larcin », selon Esnault ; la dérivation de bon, bonne (bonne histoire) semble plus naturelle, mais n'est pas attestée ; pour Guiraud, le mot vient de bon « dupe » (1670) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 412