ému

registre ancien : 7 fréquence : 11

ému & être ému adj.

Ivre, être légèrement ivre

Synonyme : ivre Usage : alcool, ivrognerie, boire

1912 la leveuse est l'hétaïre qui « lève le miché » et l'entraîne dans un hôtel des plus hospitaliers […] La leveuse s'en prend, le plus souvent, à un client déjà ému, et le pousse à boire pour le « mûrir ». Parfois, elle profite de son inattention pour laisser tomber dans son verre quelques gouttes d'un narcotique. 1912. Les plaies sociales. La Pègre 1844 comme il se savait capable de boire le contenu d'un tonneau, sans en être plus ému, il n'eut pas besoin de se tenir sur ses gardes 1844. Les vrais mystères de Paris 1881 Alors notre amphitryon, sans être, selon l'expression consacrée, aussi ému que ses hôtes, n'était pas moins monté par le champagne 1881. Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté 1911 Il fallait entendre la Taupe, un peu ému par les mominettes, vous envoyer du boniment sur la Société !… 1911. Le journal à Nénesse 1953 Au huitième glass, M'sieur F.B.I. est ému. 1953. ...et ça continue ! <5 citation(s)>

XIXe ; d'après le sens de remué, troublé ; on disait au XVIIe d'un homme légèrement ivre que le vin lui avait ému la tête : le sens a pu se garder grâce au sens secondaire qui rappelle la légendaire sentimentalité de l'ivrogne (MCC) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 831