birbe

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 8 fréquence : 44

birbe & vieux birbe n.

Vieillard, vieux type ; souvent péj. et méprisant : vieux type ennuyeux, vieux con ; vieux, âgé (souvent avec idée d'âge et d'autorité) ; (soldat ; type ; individu) ALL : alter Mann / IT : vecchio

Synonyme : vieux, âgé, vieillard Famille : birb- (vieux)

1867 Qu'est-ce qu'il a à rejacquer, ce birbe-là (à se récrier, ce vieux-là) ! s'écria le prévôt ! –Les mendiants n'ont pas la parole icigo (ici), s'écria la servante. 1867. Les Malfaiteurs 1863 quant à vous, monsieur le président, vous êtes un vieux birbe !… –Comment ?… un birbe ?… –Oui, vous êtes un vieux ch'noc !… 1863. Le dernier jour d'un condamné 1989 nous sommes rapprochés par nos quatorze ans, au milieu des birbes de dix-huits ans 1989. (Lettre à Jean Paulhan - 02/1939) 1965 Y a pas d'affectation spéciale et de vieillesse qui tienne, un affecté spécial pouvait toujours se faire virer pour aller dans un corps franc montrer son patriotisme, et un vieux jeton pouvait toujours s'engager, ça se voyait tous les jours en 14 des birbes de soixante berges qui partaient à la riflette comme volontaires. 1965. La débâcle 1935 Le général se met tout de suite au boulot. Il légiond'honneurise les officiers, leur tape sur l'épaule avec son sabre, leur donne un baiser. Je suppose qu'il m'en fera autant, et ça ne me dit rien d'être baisé par ce vieux birbe. 1935. Mer Noire 1885 à côté de deux birbes qui sorguaient à la paire 1885. L'aventure de Marius Dauriat - Études d'argot, dans La Chair 1886 comme Apelles, ce vieux birbe, peignit la rage ! 1886. L'Insurgé (Jacques Vingtras - III) 1846 Allons, « birbe » – vieillard, dit Coco-le-Sabrieux, vous répétez toujours la même chanson 1846. Les chauffeurs du Nord 1918 Un grand birbe avec une tétère rigolotte, une barbe blanche, et pis des joues d' lardon, toutes roses 1918. Au seuil des guitounes 1914-1919 je passe devant plusieurs médecins, à l'Hôtel de Ville. Oh ! Joie inattendue : on me donne, sur ma mauvaise mine, un mois. Je danserais bien la gigue devant les vieux birbes qui m'examinent ! 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1914-1919 À l'oral, quatre birbes 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1905 Oh ! mince… les zouzous ! Je leur en souhaite, aux birbes ! 1905. Le Tigre & Coqueliquot 1910 À toi, Filochard, revient l'honneur de dégraisser le birbe 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) <13 citation(s)>

BIRBE, BIRBAILLON, BIRBON, subst. masc. A. Pop., péj. Vieillard. Un vieux birbe ; un vieux birbaillon : 1. « Les dames des tables d'hôte ont adopté trois mots pour peindre la vieillesse : à 55 ans, c'est un birbon; [plus tard un birbe, une birbette]... » L. LARCHEY, Les Excentricités de la lang. fr. en 1860, p. 32. P. métaph. Tenant d'idées vieillottes, sans envergure : 2. Il [Claude] ne peut contenir un sentiment de colère et d'indignation en songeant « au mal que tous les hideux birbes du dix-neuvième siècle ont fait à des quantités d'innocents... » MASSIS, Jugements, 1924, p. 271. Birbe-daron. ,,Grand-père`` (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1901, p. 246). Birbe-dabuche. ,,Grand-mère`` (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1901, p. 246). B. Arg. ,,Client passager d'une femme galante`` (V. MEUNIER, Les Baisers tristes dans MACR. 1883). PRONONC. ET ORTH. : []. Lar 19e (cf. aussi Nouv. Lar. ill. et Lar. 20e) signale qu'il s'agit d'une corruption de barbon, GUÉRIN 1892 de birbon. GUÉRIN consacre une vedette à la forme birbon : ,,augmentatif de birbe``. ÉTYMOL. ET HIST. 1836 (F. VIDOCQ, Les Voleurs, p. 25 : Birbe. Vieillard); 1860 birbon, supra ex. 1; av. 1894 birbaillon (CHABRIER, Lettre à Vincent d'Indy dans DESAYMARD, Chabrier d'apr. ses lettres, p. 303). Empr. à l'ital birba « coquin, vaurien » XVIIe s. (F. F. FRUGONI XXIV-977 dans BATT. t. 2) attesté dès le XVe s. au sens de « malice, fraude » (Pulci dans DEI), lui-même d'apr. DEVOTO, empr. avec ext. de sens au m. fr. bribe « morceau de pain ou aliment qu'on donne à un mendiant », début XVIe s. (Les Souhaits du monde dans Anc. poésies fr., Paris, éd. Montaiglon, 1855, p. 310), v. bribe. Le passage du sens de « mendiant » à celui de « vieillard » s'expliquerait par le fait que les mendiants étaient des mauvais garçons « éloignés du travail » par l'âge (cf. ESN. 1966). Birbon, birbaillon, dér. de birbe*, le 1er prob. d'apr. barbon*, le second par suff. -aillon / -aille* et -on* (TLFi) /

Vieux mendiant, de l'ital. birbone, birbante, gueux et coquin ou du vx fr. briber = mendier (Rabelais) qui vient de brisbes = restes de cuisine que l'on donnait aux mendiants (DEL) / Emprunt au fourbesque (FrançoisPléiade) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 111