clampin

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

fréquence : 13

clampin n.m.

■ Terme de mépris général ; ■ fainéant, paresseux, qui est en retard, qui tarde ; > ■ filou ALL : Gauner

Synonyme : paresseux, improductif

1887 –Bougre de clampin ! si t'as fait des bêtises, gare les gifles ! 1887. Le monde des prisons 1826 ma fille ne sera jamais la femme de vot' garçon ; il me faut pour elle un troupier fini, et vot' fils, malgré toutes ses bonnes qualités, ne fera jamais qu'un clampin. –Mon fils un clampin ! s'il vous entendait ! 1826. Les jolis soldats 1896 est-ce qu'ils vont se décider à m'apporter ma gamelle, ces clampins-là ? Est-ce qu'ils croient qu'un sapeur ça vit de l'air du temps ? 1896. Le sapeur Camember 1878 Espèces de clampins ! est-ce que vous ne pouvez pas lever ça à deux ? 1878. Le colporteur bandit 1883 Ce n'est pas le moment. Il nous faut des hommes, au jour d'aujourd'hui, et non pas des clampins qui jaunissent sur des lits d'infirmerie ! 1883. Culottes rouges 1854 Je vais ai déjà servi huit petits verres et… –Eh ben… après ?… Quoi que tu réclames, toi, clampin ? 1854. Les rues de Paris. Mélodrame populaire en 6 actes et 8 tableaux 1888 Pourquoi ne pioches-tu pas la gymnastique, clampin, au lieu de passer ton temps à l'infirmerie ? 1888. Césarine 1974 Comme c'est facile de faire risette à bébé : « Guili, guili ! » On se penche sur le landau. Comme ça, n'importe quel clampin peut mater le coeur de la petite maman. 1974. Le roman d'un turfiste 1974 À la gare, j'achète le Sport et au tabac, on se retrouve, quatre ou cinq clampins, chacun le journal hippique en main, en train de godailler. 1974. Le roman d'un turfiste <9 citation(s)>

CLAMPIN, subst. masc. A.− Pop. Celui qui traîne à la queue d'une troupe, d'un groupe en marche. Faire le clampin. Synon. traînard, retardataire. Rem. ,,Il s'emploie dans le langage familier en s'adressant aux enfants`` (Ac. 1932). Ils [les parents] n'ont pas repris Claude, resté à la charge de Mlle Mathilde qui me confie quelquefois le clampin (H. Bazin, Lève-toi et marche, 1952, p. 254). B.− Fig. et pop. Paresseux ; fainéant. Synon. cossard, flémard.[L'ancien officier :] Pourquoi ne pioches-tu pas la gymnastique, clampin, au lieu de passer ton temps à l'infirmerie? (J. Richepin, Césarine,1888, p. 31): « Allez, oust, dit l'homme de l'autorité, au boulot, le clampin! Tu as ton papier? » Armand montra sa feuille d'embauche. Les agents l'escortèrent jusqu'à la porte. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 496. Rem. Une clampine est signalé par Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Lar. 20e et Quillet 1965. Cf. Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 22. Prononc. et Orth. : [klɑ ̃pε ̃]. Ds Ac. 1932. Ac Compl. 1842 consacre à clanpin une vedette de renvoi à clampin. Étymol. et Hist. 1. Fin xviies. clanpin « boiteux » (Lettres galantes ds Le Roux, p. 122); 2. 1832 clanpin « lent, paresseux » (Raymond); 1833 arg. milit. « lambin » (L. Vidal, J. Delmart, La Caserne, p. 382). Altération, peut-être sous l'infl. de lambin*, de clopin « boiteux », v. clopiner, clopin-clopant. Fréq. abs. littér. : 6. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 175. − Sain. Lang. par. 1920, p. 295. (tlfi:clampin) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 976