barboter

date : 1843 registre ancien : 9 registre moderne : 8 fréquence : 86

barboter

& barbotter ; barboter qqun ; barboter qqchose ; □ il a barboté la monnaie ; □ se faire barboter ; (barbotté)

v.tr.

■ Fouiller les domiciles pour y voler ; fouiller les poches de qqun ; fouiller, chercher ; ■ voler, dérober, prendre, subtiliser ; (gaspiller, dissiper, dilapider de l'argent) ; □ il a volé la monnaie ; □ se faire voler ALL : stehlen, durchsuchen / ANG : to grope ; to squander money ; he stole the money ; to steal

Synonyme : voler, commettre une délit, voler, dérober, prendre indûment, fouiller, fouillé

Famille : barbot (fouille, vol)

1087_barboter_les_poulets.jpg: 800x507, 111k (21 février 2018 à 01h40)

1887 je regrettais le temps passé. Que voulez-vous, Monsieur, c'était plus fort que moi. Je me sentais fait pour barboter ! Je quittai le patronage ; je plantai là l'apprentissage et je me remis à faire le truc. 1887. Le monde des prisons
1887 C'est en tremblant qu'ils commettent leur premier vol. Ils barbotent dans la caisse du patron, font un faux, soustraient quelques billets à la recette, imaginent je ne sais quelle attaque nocturne. 1887. Le monde des prisons
1935 nous portions le sac, nous autres, tous les matins, même qu'on ne se gênait pas pour prélever notre morceau. Et pas le plus mauvais, qu'on barbotait, je vous assure. 1935. Viande à brûler
1882 Le pot au feu, vol de petites gens, se commet chez les concierges. On entre dans la loge, le matin, pendant que la pipelette « fait l'escalier » ; on décroche la montre et on barbote dans les tiroirs 1882. Paris horrible & Paris original
1862 nous allons barbotter demain matin la cambriolle d'un garçon crinolier 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865
1891 si la femme n'a pas eue la précaution de carer la Braise, il a la non moins grande satisfaction de la barbotter, petite opération qui n'a pas lieu sans protestations 1891?. Paris-Impur
1946 je me demande si ce n'est pas sa spécialité, de barboter des secrets, industriels ou autres ? 1946. Le cinquième procédé
1904 j'suis fier, moi d'ma nature, j'ai cherché du « boulo » j'en ai pas trouvé, j'me suis dégoûté et j'ai « barboté ». Quand ç'a été sur mon casier, j'ai ben compris que je ne pouvais plus faire que ça 1904. Les robes noires
1846 J'étais à la huitième filoche, en train de barbotter, quand je sens, derrière moi, quelqu'un qui me faisait le foulard. 1846. L'intérieur des prisons, réforme pénitentiaire, sytème cellulaire, emprisonnement commun ; suivis d'un Dictionnaire renfermant les mots les plus usités dans le langage des prisons, par Un Détenu
1954 tu ne veux pas nous dire où tu as mis les papelards que tu as barbottés à Manfred ? 1954. Le jaguar ne pardonne pas ! (Pitiless)
1849 En deux temps, j'remouque et j'débride ; / Tous deux, en braves, nous barbottions, / Chez un banquet, la caisse n'est jamais vide 1849. Production d'un Villon moderne (Un soir que j'étais dans la débine), dans Le nouveau dictionnaire complet du Jargon de l'argot ou le langage des voleurs dévoilé (...)
1872 Barbotte le poivrot, je fais gaffe. 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (3)
1916 j'en ai des souvenirs à vous envoyez mais j'ai peur que l'on me les barbotte en route. [04/10/1915] 1916. Lettres de mon soldat (1915-1916)
1821 j'ai barbotté toute la sorgue sans trouver une bredoche. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
1905 On m'attend en bas, avec la babillarde du Tigre que t'as barbotée 1905. Le Tigre & Coqueliquot
1936 Mi, j'te dis, mon gars, que leur idéal, comme tu dis, ça ne va pas plus loin que de nous attendre au coin d'une rue, la nuit, à cinq ou six sur un seul type, pour lui barbotter sa paire de grolles 1936. Hajde Prilep. Journal d'un poilu d'Orient
1953 Les uns agissaient par haine, d'autres parce qu'ils étaient cocus, et les derniers parce qu'on leur avait barbotté leur fric. 1953. De la boue et des roses
2011 Jean fait sauter la serrure de la [cave] E 425, de l'autre côté de l'allée. Elle est pleine comme un oeuf. On peut à peine y poser le pied et, à première vue, rien d'intéressant à barboter. 2011. La nuit du vigile
2011 On a eu une plainte pour un cambriolage […]. Du fric. Ils disent qu'ils se sont fait barboter un petit paquet. 2011. La nuit du vigile
1903 deux mois pour avoir barbotté une « toquante » et deux mille balles à un miché qui avait l'aplomb, ayant tant de galette dans sa poche, de ne me donner qu'une thune. 1903. Les enracinées
1903 Il a donc dit que c'était moi qui avais « barbotté » le portefeuille du garçon de banque de la rue Pétrelle. 1903. Les enracinées

<21 citation(s)>

BARBOTER, BARBOTTER, verbe. B. Argot 1. Fouiller pour voler : 11. Enfin, nous y voilà! ... cria le duc [à Eugène] (...) Avoue donc que tu lui as barboté les poches [au prince] pour reprendre des papiers que voulait le mari... A. DAUDET, La Petite paroisse, 1895, p. 303. 2. P. ext. Voler : 12. On m'a bien ramené jusqu'au cantonnement sur une civière, mais non sans profiter de l'occasion pour me barboter mes deux sacs en toile cachou. CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 28. Absol. On décroche la montre et on barbote dans les tiroirs (G. GRISON, Paris horrible et Paris original, 1882, p. 38). PRONONC. ET ORTH. : []. Pour la graph. barbotter avec 2 t, supra ex. 1. ÉTYMOL. ET HIST. II. 2. arg. a) 1561 barbetter « fouiller » (Rasse des Noeuds dans ESN. : Je embye a barbetter les tires), attest. isolée; repris début XIXe s. barboter (F. VIDOCQ, Les Voleurs, p. 294); b) 1843 « dérober, voler » (Chanson dans ESN. : Tous deux en braves nous barbottions); 1865 (L. L., Goualante de la Courtile, Loos dans ROSSIGNOL, Dict. d'arg., 120 : On l'saigne [a pantre], on l'frotte ... On lui barbote tout ce qu'il a); Orig. incertaine, I dér. de barbe1* (cf. parler dans sa barbe), suff. -eter*, -oter*; II variante de bourbouter « patauger » (ca 1220 G. DE COINCI, Mir. Vierge, éd. V. F. Koenig, t. 3, p. 190, v. 642 : Plongiez et emborbez sera, Toz jors com boz borboutera), peut-être dér. de bourbe* (suff. -oter*) soit p. infl. de barba pour la forme, soit plutôt par dissimilation (Schuchardt dans Z. rom. Philol., t. 34, p. 217), les formes du type borboter étant encore attestées dans les dial. (FEW t. 1, p. 443a); mais il est certain que très tôt les deux mots se sont mutuellement influencés pour le sens et la forme. L'hyp. proposée pour I par E. Herzog dans Z. rom. Philol., t. 33, p. 476 d'une racine onomatopéique (cf. lat. ballus) avec infl. de barbe1* p. étymol. pop. n'est pas invraisemblable. Beaucoup moins plausible est l'hyp. proposée par le même auteur pour II qui serait issu de bourbe* avec infl. de barbote*, poisson, lui-même dér. de barbe1*. À l'hyp. de P. Marchot dans Rom. Forsch., t. 10, p. 579 selon laquelle I et II seraient issus des deux sens corresp. de l'a. fr. barbeter, le sens de « bredouiller » étant issu de celui de « fouiller dans la boue », s'oppose le fait que bourbeter « bredouiller » n'est attesté que tardivement (XIVe s. Gloss. lat.-fr., Richel, 1. 4120, fo 122 vo dans GDF. : Balbucio, bourbeteir). STAT. Fréq. abs. littér. : 149. BBG. BRUANT 1901. DUCH. 1967, § 31. DUVAL 1959. ESN. 1966. FRANCE 1907. HERZOG (E.). Zur Wortgeschichte : frz. barbote, barboter. Z. rom. Philol. 1909, t. 33, pp. 475-477. LAMMENS 1890, p. 43. LEW. 1960, p. 336. LITTRÉ-ROBIN 1865. RIGAUD (A.). Poisses d'avril. Déf. Lang. fr. 1971, no 57, p. 20. SAIN. Lang. par. 1920, p. 192. WILL. 1831. (tlfi:barboter) /

Le poisson à barbiche fouille la vase (AYN) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).