salingue

date : 1925 registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 16

salingue

adj., n.

■ Sale, crasseux, salissant ; ■ (moralement) méchant, salaud, déloyal ; (sexuellement) vicieux ; > insulte

Synonyme : vicieux, pervers, sale, crasseux

Morphologie : -ingue

1955 Les salingues ! Ils y allaient vite à la manoeuvre, les mecs. Et fort. 1955. Mollo sur la joncaille 1965 Non, seulement y a toujours des salingues qui sont prêts à t'en repasser, et n'oublie pas que les poux, c'est le typhus. 1965. La débâcle 1935 –C'est un sale boulot que de coltiner le cardiff des chalands aux soutes, mais de le tirer des soutes pour le mettre dans les chalands, c'est autrement salingue. Y en a quinze cents tonnes, ou dans les environs ; on va se taper des casse-croûte de poussière pendant trois jours. 1935. Mer Noire 1935 Le chef du personnel. Totor, qu'on l'a baptisé. Une vieille noix qui nous court au lieu de bouffer sa retraite en plantant des choux. Rien salingue, le frère. Méfie-toi, dis-y « Mon Commandant » et achète l'Ècho de Paris. Autrement t'es bon comme la romaine. 1935. Viande à brûler 1979 Tout juste s'ils ne leur fichaient pas un doigt au cul pour vérifier l'état de leurs hémorrocloques, ces voyeurs malades, amputés du cervelet, salingues refoulés… 1979. Le désert de l'Iguane 1960 Il l'a à la caille depuis tout à l'heure cézigue ! Depuis l'apéro que ce salingue a été se jeter dans le col, en suisse 1960. Du mouron pour les petits oiseaux 1954 Il n'y avait aucune différence entre la teinte de sa peau du visage et sa blouse douteuse. La même couleur salingue 1954. Le soleil naît derrière le Louvre 1956 Moi, je dis que c'est plutôt salingue. Pas vous ? 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1957 Dans l'ensemble, ce n'étaient pas des krouias ordinaires, de ceux que l'on rencontre sur les chantiers, en train d'exécuter les travaux les plus salingues, ou aux terrasses des bistrots, proposant la camelote sous laquelle ils disparaissent 1957. Les eaux troubles de Javel 2007 la prostration de la chétive Hélène sur sa paillasse salingue. 2007. La gigue des cailleras 1924 Qu'est-ce t'as, eh ! salingue ! à t'mêler d'mes affaires. 1924. Les dessous de Montmartre <11 citation(s)>

Salingue, adj. et subst., (dans l'article SALE, adj.) DÉR. Salingue, adj. et subst., pop. a) Adj. [En parlant de qqc.] ) Qui est sale, dégoûtant au physique ou au moral. Blouse, chemise salingue. Le chômage, ça vous rend amer, on se met à causer en tordant la gueule avec les mots les plus salingues (AYMÉ, Mouche, 1957, p. 120). ) Par litote. (C'est) pas salingue. (C'est) bien, bon; de bonne qualité. Du cave (...) surtout préoccupé de la jaffe qui méritait bien qu'on s'y attarde, et du pichet sélectionné, pas salingue lui aussi (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 211). b) Adj. et subst. (Personne) sale physiquement ou de moralité douteuse. Il en avait assez vu, à la Sorbonne, de ces faux malins, des normaliens salingues et à lunettes, qui avaient toujours une théorie personnelle en réserve (SARTRE, Âge de raison, 1945, p. 143). 1re attest. 1925 adj. et subst. « sale (au physique et au moral) » (d'apr. ESN. 1966) ; de sale, suff. pop. -ingue, sur le modèle de mots tels que lourdingue, sourdingue, etc. BBG. ESNAULT (G.). Lois de l'Arg. R. de Philol. fr. 1929, t. 41, p. 124. (tlfi:salingue) /

De sale, et suff. argotique -ingue (GR) / De sale, suff. pop. -ingue, sur le modèle de mots tels que lourdingue, sourdingue, etc. (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 696