anonyme. A ma Joséphine | Célestine ou la marmite qui fuit (chanson argotique)

<< Gobé par toi | DocumentsArgotiques | Mon mec est un gas costo >>

Titre : A ma Joséphine ; Célestine ou la marmite qui fuit
Auteur : anonyme
Date : 1890? (fin XIXe ?)
NbEditions :
NbMots :
Mots clés : source
Type : chanson
Contributeurs : gb
Discussion

anonyme : A ma Joséphine ; Célestine ou la marmite qui fuit

Texte

marmite-qui-fuit-laurent-1890-1.png: 575x918, 26k (14 novembre 2009 à 07h30) marmite-qui-fuit-laurent-1890-2.png: 575x918, 29k (14 novembre 2009 à 07h30) marmite-qui-fuit-rossignol-1.png: 575x872, 28k (14 novembre 2009 à 07h22) marmite-qui-fuit-rossignol-2.png: 575x872, 31k (14 novembre 2009 à 07h22)

A MA JOSEPHINE ou
CELESTINE OU LA MARMITE QUI FUIT

C'est pas malin, Joséphine [ou Célestine] ;
Depuis que je suis en surbine,
Tu refoules pour trimarder
Nib à tortorer,
Tu m'fras calancher.

Autrefois, je t'appelais ma petite môme,
Et mes valades étaient graissées,
On m'agate, et me v'là en paume,
Et tu te débines des matelassés,
J't'en ai paré de ces attignoles ;
Pour ton nière, je me serais fait buter ;
Mais v'là que tu fréquentes les casseroles,
Marmite que j'ai fait débuter.

Quand tu fleurissais sur le bitume
C'que tu en as rapporté d'ces thunes :
Tous les gonses étaient épatés.
Tes châsses faisaient des levages urfés,
A chaque trayage tu faisais ta pièce ;
Pendant c'temps-là j'allais m'en jeter ;
Maintenant v'là que tu rechignes sur le commerce,
Et j'passe à l'as pour me les caler.

Les reluisants que tu carrais en grève
J'm'camouflais en boudiné,
Tu me r'filais Madame la braise ;
J'flanquais mon galurin de côté,
Puis au tortorant plus d'un pantre
Était bleu de nous voir morfiler.
Aujourd'hui, j'ai du vent dans l'ventre,
J'sens le paquet d'tripes se cavaler.

T'étais nippée comme une cocotte,
On jactait : Est-elle frusquée !
Ça donne envie de tirer une botte,
C'est une marmite qui est rien tapée.
Maintenant tu t'toquardes de la frime,
Tes deux oranges tombent dans tes bas,
T'es des mois sans changer ta lime,
Y a même des mois que tu n'en as pas.

Quoi ! c'est éteint ; tu rebutes au flanche !
Y a plus de trottinage à la clé !
Des dattes, pour que tu fasses la planche,
L'anse de la marmite est cassée.
Pour parer c'gnon qui m'met sur l'sable
Comme ta peau n'veut plus qu'feignanter
J'vas me recoller avec ta dabe
Qui n'r'foule pas pour turbiner.

Version inversée dans Galopin1903

Voici un morceau un peu réaliste, mais il peint bien les désillusions d'une vieille détenue qui commence à s'apercevoir que les beaux jours sont passés et que la femme n'a qu'un temps. Cela pourrait s'appeler la « Désespérance d'une ancienne ».

................................
Autrefois j'étais un' chouett' môme
Et mes poches étaient bien graissées
On m'agate et me v'là en paume
Et je m'débine des mat'lassées.
M'en a-t-il foutu d'ces torgnoles
Pour lui je me s'rais fait hacher
Mais v'là qu'il est dev'nu cas'role
Un gonce qui m'a fait débuter.

..................................
..................................

Quand j'fleurissais su'l'bitume
Tous les mecs étaient stomaqués
Comme un'lanterne qui s'allume
Mon chass' attirait les michés.
À chaqu' levag' je f'sais un sig
Ah ! dans c'temps-là j'pouvais briffer !
Maint'nant me v'là que j'bouffe des figues,
Et qu'souvent j'oubli' d'boulotter

..................................
..................................

J'étais nippée comme un' cocotte
On disait c'qu'elle est bien frusquée
Ça donne envie d'tirer un' botte
C'est un'gonzesse qu'est rien tapée.
Maint'nant j'suis frusquée en feignasse
Mes deux oranges tombent dans mes bas
J'suis des mois sans changer d'limace
Y'a même des jours où qu'j'en mets pas.

..................................
..................................

Ah ! c'est la mouis', c'est la misère
Moi j'crev'rai com' ma pauvre mère !
Et y' en a qui parl' de bonheur
Si ça vous fait pas mal au coeur !
Pour nous c'est la mort à la Morgue
Ousqu'on vous enterre sans orgue !

Bruant n'eût pas désavoué ces derniers vers. Peut-être sont-ils de la vieille détenue, peut-être les avait-elle entendus quelque part au cours de sa longue carrière.
Elle est morte à la prison de X... et j'ai vu passer son pauvre convoi que suivaient quelques employés du pénitencier et une femme en toilette rose, sa fille peut-être !!

Sources

  • Le texte de la chanson A ma Joséphine (ou Célestine, ou la marmite qui fuit) se rencontre dans :

Noter aussi la liste des pages pointant ici :


Changements récents du groupe Argot