Levet (Jean-Paul). Talkin’ That Talk

<< Gouget : L'argot musical, 1892 | BibliographieDesDictionnaires | Roussin et al. : L'argot des musiciens, 1992 >>

Titre : Talkin’ That Talk
Auteur : Levet (Jean-Paul)
Date : 1986, 1992, 2003
NbEditions : 3
NbMots :
Mots clés : musique ; ang ; pas chez Noll
Contributeurs : gb
Discussion

Levet : Talkin’ That Talk

Commentaire général

  1. Sauf erreur (non consulté), les entrées de ce dictionnaire sont essentiellement anglo-américaines (de même que ses sources) et son enregistrement dans une bibliographie des dictionnaires arg. pop. fam. du français est très discutable. (gb)

Levet, Talkin’ That Talk, 1986

Référence (1986)

  • 1986 - Jean-Paul Levet. Talkin’ That Talk. Le langage du blues et du jazz. Levallois-Perret, Ed. Soul Bag/Clarb, 1986. 368 pp. ISBN:2-905980-00-1 (Source : CCFR ; etc.)
* levet-talkin-that-talk-1986-1.jpg Δ

Levet, Talkin’ That Talk, 1992

Référence (1992)

  • 1992 - Jean-Paul Levet. Talkin’ That Talk. Le langage du blues et du jazz. Paris, Hatier, 1992. 310 pp. ISBN:2-218-04602-4 (Source : CCFR ; etc.)
levet-talkin-that-talk-1992-1.jpg: 500x500, 52k (07 janvier 2010 à 19h41)

Levet, Talkin’ That Talk, 2003

Référence (2003)

  • 2003 - Jean-Paul Levet. Talkin’ That Talk. Le langage du blues et du jazz. Lille/Nîmes, Éclats/Kargo, 2003. 604 pp. ISBN:2-84162-062-x (Source : CCFR ; lekti-ecriture ; etc.)
levet-talkin-that-talk-2003-1.jpg: 500x500, 34k (07 janvier 2010 à 19h41)

Commentaire (2003)

  1. Présentation lekti-ecriture : « Le blues, plus que toute autre musique du XXe siècle, reflète et symbolise une véritable lutte - celle du Noir à qui la parole, voire l’exitence, est purement déniée par la société dominatrice blanche. Mais par le chant la langue se délie, les mots interdits deviennent métaphore, les références cachées abondent, cruauté et crudité s’enlacent, et la difficile réalité trouve son expression grâce à la musique. C’est ce que traque Talkin’ That Talk, à la fois dictionnaire anthologique de 3 000 mots et véritable histoire d’une culture finalement devenue dominante - avec le rap. Des black cat bones utilisés pour les filtres vaudous aux soul shakes (ces poignées de main rituelles nées dans les Églises noires et aujourd’hui devenues langage des banlieues), des after hours au yoyo, ce livre étudie l’histoire de ces mots (pour partie passés dans le langage courant) mais aussi celle des personnages du folklore noir (Stagger Lee, le Singe vanneur...). Discours manipulateurs, résistance à la domination, ironie, plaisirs de la chair et de la bonne chère, superstition, discrimination... aucun pan de la réalité quotidienne de l’Afro-Américain n’échappe à une manipulation intense et perspicace de la langue, retranscrite ici avec vivacité. »

Changements récents du groupe Argot