anonyme. Le rat du Châtelet, 1790

<< Fougeret de Monbron : La Henriade travestie, 1745 | BibliographieLitteraire | Nédélec : « Le Rat du Châtelet », 1996 >>

Titre : Le rat du Châtelet
Auteur : anonyme
Date : 1790
NbEditions: 1
EnLigne : 1790 (Gall.) ; 1790 (GL)
NbMots :
Mots clés : prison
Contributeurs : gb
Discussion

anonyme : Le rat du Châtelet

anonyme, Le rat du Châtelet, 1790

Référence (1790)

  • 1790 - anonyme. Le rat du Châtelet. s.l. [Paris], 1790. 1 vol. in-8 de 51 pages (Source : YP-110)
rat-du-chatelet-1790-0.jpg: 415x600, 27k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790-000.jpg: 415x600, 69k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790-014.jpg: 415x600, 60k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790-015.jpg: 415x600, 58k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790-016.jpg: 415x600, 58k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790-017.jpg: 415x600, 61k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790-018.jpg: 415x600, 59k (21 juillet 2016 à 13h46) rat-du-chatelet-1790.jpg: 821x937, 150k (21 juillet 2016 à 14h29)

Commentaire (1790)

  1. « Argot, des pp. 14 à 18. Cet opuscule est accompagné d'un frontispice représentant une “Capucinade”, moyen violent d'extorquer de l'argent aux nouveaux venus en prison. » (YP-110)
  2. « Dans cette pièce, fort curieuse, plusieurs pages sont entremêlées d'argot. […] Les mots d'argot y prennent déjà un aspect tout à fait moderne et on en retrouvera la plupart […] dans Vidocq. […] L'ensemble paraît pris sur le vif par un observateur consciencieux. » (Sainéan1912)
  3. « Nous ne savons rien de l'auteur de cette plaquette […]. Qu'il ait été un témoin de première main des scènes qu'il rapporte, on ne peut en douter. S'il n'avait été qu'un argotier en chambre, un compilateur de dictionnaires, le dernier en date dont il aurait pu se servir est le maigre lexique du Cartouche de Grandval, de 1725 ; ou une édition des années 1760 de l'increvable Jargon de l'argot réformé. Or son texte fourmille de nouveautés qu'il est le premier à attester et qu'on ne retrouvera ensuite pour une part que dans les notes prises par Ansiaume en 1820, au bagne de Brest ; caution bourgeoise, si nous osons dire. » (Cellard1985)
  4. « C'est la première fois que l'argot apparaît comme la langue du criminel en prison. […] C'est aussi la première fois que la langue argotique intervient dans un contexte à la fois réaliste et dramatique ; c'est la première fois que les criminels sont dépeints avec leur langage comme des monstres, mais des monstres pitoyables. […] Il y a surtout un renouvellement très net de l'argot dont l'inscription dans le texte est soulignée par l'utilisation d'italiques, mais qui n'est pas traduit. L'argot est ici langue de citation, de dialogue, non de narration ; les italiques apparaissent pour la première fois, après Louvet, comme “signal” des mots argotiques ou pris dans un sens argotique. » (Nédélec1996)


En Ligne


Changements récents du groupe Argot