anonyme. J'te vas lâcher un pain (chanson argotique)

<< Il est minuit, 1890? | DocumentsArgotiques | La Tourterelle, 1890? >>

Titre : J'te vas lâcher un pain
Auteur : anonyme
Date : 1864?
NbEditions :
NbMots :
Mots clés : source
Type : chanson
Contributeurs : gb
Discussion

anonyme : J'te vas lâcher un pain

Texte

lacher-un-pain-laurent-1890-1.png: 575x903, 28k (15 novembre 2009 à 15h47)
lacher-un-pain-rossignol-1.png: 575x872, 26k (15 novembre 2009 à 15h51)

J'TE VAS LACHER UN PAIN
(d'après Rossignol 1900)

Ma p'tite Suzon, il faut que j'te bonisse
Que tes manières commencent à r'endre à r'naud ;
J't'ai démarrée d'un gonsier d'pain d'épice
Qui n'savait pas t'arranger comme il faut.
J'viens la r'lever, la môme était gironde,
Que j'me disais, croyant faire un chopin,
Mais tous les soirs sans pognon, j'te trouve ronde.
J'te vas lâcher un pain.
«
«
«
«
Comptant sur toi, je plaque mon turbin,
Tu m'fais greffer, y m'reste plus qu'une limace :
J'te vas lâcher un pain (bis).
«
«
«
«
Tu n'radines à la piaule que l'matin ;
Tu crois que c'est ça qui fait bouillir la soupe :
J'te vas lâcher un pain (bis).

J'TE VAS LACHER UN PAIN
(d'après Laurent 1890)

Ecoute, Suzon, il faut que j'te bonnisse
Que tes façons commencent à m'mettre à r'naud.
J't'ai démarré d'un gonzier d'pain d'épices
Qui ne savait pas t'arranger comme il faut.
Je l'ai relevé ; la môme a l'air gironde,
Que j'me disais, croyant avoir fait un chopin ;
Mais tous les soirs sans pognon j'te trouve ronde.
J'te vas lâcher un pain.

Pour travailler l'soir à la Pépinière,
Pour vingt pélos j't'achète un p'tit panier ;
J't'apprends comment l'on peut plumer un lièvre,
Et j'te conduis moi-même au pigeonnier,
Pendant c'temps-là, faut-il que j'sois bonnasse,
Comptant sur toi, je plaque mon turbin :
Tu m'fais greffer, y m'reste plus qu'une limace.
J'te vas lâcher un pain.


Sources

  • Le texte de la chanson J'te vas lâcher un pain se rencontre dans :
    • Tortillard. Dictionnaire d'argot ou de jargue (25/06/1872) à l'article arnaud donne deux vers : « Sacrée Suzon, il faut que je te bonisse / Que tes façons commencent à me rendre arnaud. » (Chanson d'argot)
    • Laurent (Dr Émile). Les habitués des prisons de Paris (1890), précédé de cette introduction (il parle de deux chansons) : « Voici néanmoins deux chansons où l'argot tient une certaine place. Elles ont été recueillies à la prison de la Santé par mon excellent ami, le Dr Guillot, mon successeur comme interne à l'infirmerie centrale. »
    • Rossignol (Gustave-Armand). Dictionnaire d'argot (1900), précédé de cette introduction : « En voici une que j'ai souvent entendu chanter en 1864, par un sous-officier de ma compagnie aux Zouaves de la Garde, et dont j'ai retenu le premier couplet et la chute des deux autres. »

Noter aussi la liste des pages pointant ici :


Changements récents du groupe Argot