anonyme. La Tourterelle (chanson argotique)

<< J’te vas lâcher un pain, 1890? | DocumentsArgotiques | À ma Joséphine (Célestine ou la marmite qui fuit), 1890? >>

Titre : La Tourterelle
Auteur : anonyme
Date : 1890? (fin XIXe ?)
NbEditions :
NbMots :
Mots clés : source
Type : chanson
Contributeurs : gb
Discussion

anonyme : La Tourterelle

Texte

la-tourterelle-laurent-1890-1.png: 575x918, 19k (16 novembre 2009 à 06h11)

LA TOURTERELLE dans
Laurent (Dr Émile). Les habitués des prisons de Paris

J'ai débuté à Montparnasse
A fréquenter les jeunes gens.
Ils étaient tous de mon âge,
Et moi j'étais le plus vaillant.
Partout on vantait mon courage ;
Aussi ma jambe en fut le prix
Un jour, au milieu du tapage,
Que je me battais pour les amis.

Il faut, ma Tourterelle,
Fuir à jamais Paris,
Pour une bagatelle.
Adieu donc, mes amis !
Ma douleur est cruelle !
Adieu donc, mes amis !

Rue de la Gaîté, dans tous les bals,
J'étais connu, j'étais gobé.
Je fauche un jour les mille balles ;
Tous mes amis ont bien soiffé.
Mais l'arnac un beau jour arrive,
Conduit par une sale goton.
N'y avait pas plan que je m'esquive,
Voilà pourquoi j'suis dans l'ballon.

Adieu, amis, chers camarades.
Je fus toujours un bon garçon,
Ennemi de l'humeur maussade,
Très mauvaise tête, mais le cœur bon.
Mais je regrette, douleur amère,
En partant pour les travaux.
Je laisse là ma vieille mère
Qui prit soin de moi au berceau.


Sources

  • Le texte de la chanson La Tourterelle se rencontre dans :
    • Laurent (Dr Émile). Les habitués des prisons de Paris (1890), précédé de cette introduction : « En voici encore une, œuvre d'un forçat en haute estime dans le monde des prisons et que son amour pour la poésie avait fait surnommer la Tourterelle. Condamné à vingt ans de travaux forcés pour vol à main armée, beaucoup de déportés l'ont connu alors qu'il était boulanger à Téremba ou bien porte-clés, c'est-à-dire correcteur, à l'île Nou. A côté de certains vers cyniques on en lit de tendres, de touchants. Cette poésie est pleine de regrets mal dissimulés, et le dernier adieu du forçat est pour sa mère. Cet individu savait à peine écrire. »
    • Chautard (Émile). La vie étrange de l'argot (1931), avec des variantes [copie à faire]

Noter aussi la liste des pages pointant ici :

À faire

  1. Ajouter la version de Chautard ; éventuellement celle de l'Anthologie de Galtier-Boissière (ou la présentation).


Changements récents du groupe Argot