Fournier (Marc). Les nuits de la Seine

<< Alhoy : Les bagnes, 1845 | BibliographieLitteraire | Grangé, Delacour, Thiboust : Les rues de Paris, 1854 >>

Titre : Les nuits de la Seine
Auteur : Fournier (Marc), dit Marc-Fournier
Date : 1852
NbEditions : 2
EnLigne : 1852 (2e?) (GL)
NbMots :
Mots clés : jeu Fournier
Contributeurs : gb
Discussion

Fournier : Les nuits de la Seine

Fournier, Les nuits de la Seine, 1852

Référence (1852)

  • 1852 - Marc Fournier [et Bourget]. Les nuits de la Seine, mélodrame en cinq actes, neuf tableaux dont un prologue, par M. Marc Fournier [et Bourget] représenté, pour la première fois, à Paris, sur le Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 12 juin 1852. [Paris], Michel Lévy frères, éditeurs, rue Vivienne, 2 bis. Sans date [1852] ; 1 vol. in-4 de 30 pp. (Source : YP-167 ; etc.)

Commentaire (1852)

  1. « Quelques mots d'argot au 5e tableau, p. 17. Le prologue porte comme titre : “Le professeur de langue verte”.» (YP-167)
  2. Première attestation connue de la locution langue verte : « On appelle ainsi, madame, la langue cabalistique du tapis vert. » ; la pièce eut du succès.
  3. Possible publication originale en feuilleton dans le Constitutionnel, autour de juin 1852 (cf. article langue verte dans Michel (Francisque). Études de philologie comparée).

Fournier, Les nuits de la Seine, 1852 (2e ?)

  • 1852 - Marc Fournier. Les nuits de la Seine. Mélodrame à spectacle en cinq actes et neuf tableaux, dont un prologue. Par M. Marc-Fournier. Représenté, pour la première fois, à Paris, sur le Théâtre de la Porte Saint-Martin, le 12 juin 1852. Musique de M. Adolphe de Groot, Décors de M. Devoir, Machines de M. Auguste Marie. Paris, Michel Lévy frères, libraires-éditeurs, rue Vivienne, 2 bis. 1852 ; 1 vol. de 104 pp. (Source : GL ; etc.)
marc-fournier-1852-104pp-000.jpg: 414x699, 50k (31 juillet 2012 à 00h02) marc-fournier-1852-104pp-000b.jpg: 414x699, 32k (31 juillet 2012 à 00h03) marc-fournier-1852-104pp-003.jpg: 414x699, 67k (31 juillet 2012 à 00h03)


En Ligne


Changements récents du groupe Argot