Chenu (Adolphe). Les Malfaiteurs

<< Roqueplan : « [sur La famille Benoîton] », 1865 | BibliographieLitteraire | Poulot : Le Sublime, 1870 >>

Titre : Les Malfaiteurs
Auteur : Chenu (Adolphe)
Date : 1867
NbEditions :
EnLigne : 1867 (GL)
NbMots :
Mots clés : argot Chenu Lacenaire Vidocq
Contributeurs : gb
Discussion

Chenu : Les Malfaiteurs

Adolphe Chenu, Les Malfaiteurs, 1867

Référence (1867)

  • 1867 - Adolphe Chenu. Les Malfaiteurs. Extrait de mémoires inédits, par A. Chenu, Auteur des Conspirateurs, etc., etc. [I. L'école du crime – II. L'antichambre de la cour d'assises – III. Le croquemitaine des voleurs]. Paris, E. Dentu, Libraire-Éditeur, Palais-Royal, 17 et 19, galerie d'Orléans, 1867. (Source : GL)
chenu-les-malfaiteurs-1867-000.png: 575x935, 37k (04 novembre 2015 à 02h22) chenu-les-malfaiteurs-1867-005.png: 575x944, 23k (04 novembre 2015 à 02h22)

Commentaire (1867)

  1. Ouvrage méconnu des bibliographies argotiques. Composition en trois parties distinctes mais pas indépendantes. Prétend être un témoignage et non un roman, rédigé d'après des souvenirs vécus, les activités politiques de l'auteur l'ayant conduit soit en prison soit à fréquenter les mouchards et la police. La troisième partie est pourtant du même goût que les Mystères de Paris. Dans l'ensemble, l'argot est fortement représenté (le titre du premier chapitre de la première partie est L'argot : « Puisque la fidélité au récit m'oblige à citer souvent des mots d'argot, une explication sur ce patois des prisons ne sera pas inutile. C'est à Tours, où par parenthèse le français se parle dans toute sa pureté, que ce jargon a pris naissance ; l'origine en est assez singulière. » ; plus loin, un autre chapitre est intitulé : « Dialogue en argot ») (gb)
  2. L'exemplaire en ligne sur GL est celui de la bibliothèque de Lyon, de la collection Lacassagne. (gb)
  3. Utilisé et cité par DHAF.


En Ligne


Changements récents du groupe Argot