Revue de presse de Cassagne, Dictionnaire de l'argot militaire

Notice du livre : Cassagne (Jean-Marie). Le [nouveau|grand] dictionnaire de l'argot militaire, éd. 2007

Revue de presse

Le Point

Le dictionnaire maouss pépère de l'argot militaire

Par les temps qui courent, nos armées ne rient pas tous les jours. Raison de plus pour consulter un ouvrage indispensable et hilarant malgré sa forme un peu rébarbative : le Grand dictionnaire de l'argot militaire. On passera sur les années que le linguiste Jean-Marie Cassagne a passées sur le sujet, dès lors que ce qui compte, c'est le résultat. Bien sûr, il y a les très classiques passer au trapèze (se faire réprimander), casque à boulons (celui qui obéit trop vite), ou bien le maouss pépère , gros obus émettant un fort ronflement...
On ne se lasse pas des termes anciens, comme le triste à pattes (le fantassin), le pied plat (policier vu par les gendarmes).

Conservatoire tâtillon des traditions langagières, les écoles d'officiers constituent un vivier inépuisable. Aux cartahu (musclé, fort), ou gouelle (repars) de l'école navale, s'ajoutent à St Cyr le bazar (élève de deuxième année), et son successeur embryon , élève de première année, qui ne supportent ni les pignolantes (discours interminable), ni le rat (professeur d'enseignement général), dont le chouchou est un lèche . Et il y en a des dizaines comme ça...

L'alcool a généré un argot spécifique, comme le whisky que les marins surnomment joliment verveine d'Écosse , le brigadier de semaine (petite carafe de cognac apparaissant à l'heure du café), ou la ronflée (ivresse).

"Bicouille" et "tricouille"

Enfin, les armées ne seraient plus ce qu'elles sont si les expressions gaillardes, certainement pas les plus subtiles, devaient disparaître. Un brochet est un ambitieux dont, comme le poisson, "la tête est plus grosse que la queue". Un bicouille est un médecin de marine à deux galons, à ne pas confondre avec le tricouille , le même avec trois galons... Dans l'aéronavale, un bon appontage est une pine à midi . Et partout l'officier général est un poireau, légume aux cheveux blancs et à la queue verte...

Il y en a 3.740 comme ça dans le livre. Plus des aphorismes comme ceux-ci : "La hiérarchie, c'est comme les étagères : plus c'est haut, moins ça sert", ou encore : "Un chameau peut travailler huit jours sans boire. Un commando peut boire huit jours sans travailler". Et à la gloire des marsouins (soldats des troupes de marine) : "Quand on donne un ordre... Le fantassin écoute, ne comprend pas, fait répéter, exécute mal, rend compte. Le sapeur écoute, ne comprend pas, fait répéter. On croit qu'il a compris. Pas du tout : il a trouvé une objection. Le cavalier n'écoute pas, part au galop, va n'importe où puis revient en disant : Tout va bien. L'artilleur n'écoute pas, exécute, ne rend pas compte. Il finit par tirer... sur l'ordre de son supérieur. L'aviateur n'écoute pas, monte en voiture, va boire un coup. Le marsouin se démerde."

(Source : http://www.lepoint.fr/)


Changements récents du groupe Argot