Baurens (Maryvonne). Du “jargon” aux “parlers des cités”

<< Noll : Die fremdsprachlichen elemente im französischen Argot, 1991 | BibliographieDesEtudes | Mandelbaum-Reiner : « Suffixation gratuite et signalétique textuelle d'argot », 1991 >>

Titre : Du “jargon” aux “parlers des cités”
Auteur : Baurens (Maryvonne)
Date : 2007
NbEditions : 1
NbMots :
Mots clés : emprunt
Contributeurs : gb
Statut de la page : %Statut (comme lien catégorie)%
Discussion

Baurens : Du “jargon” aux “parlers des cités”

Baurens, Du “jargon” aux “parlers des cités”, 2007

Référence (2007)

  • 2007 - Maryvonne Baurens. Du “jargon” aux “parlers des cités”. Étude de la productivité des emprunts de l’argot aux langues étrangères et en particulier de l’apport des idiomes tsiganes. ©eum (edizioni università di macerata), Macerata, 2007. 142pp., 14×21cm. ISBN:978-88-6056-062-9 (Source éditeur(valider les liens))
baurens-jargon-aux-parlers-des-cites-2007-1.jpg: 236x334, 8k (04 novembre 2009 à 02h59)

Commentaire (2007)

  1. Présentation de l'éditeur : « Du “jargon” ou “jobelin” (XVe s.) à l’argot moderne (XIXe s.) aux parlures argotiques contemporaines, l’argot varie d’une époque à l’autre, au gré des modes et des milieux. Parmi ses procédés de création, tant formels que sémantiques, certains ont été plus ou moins productifs selon les époques: tel est le cas en particulier du verlan (peu ou prou usité dans le passé) et des emprunts aux langues étrangères, deux modalités de création argotique dont la fortune s’est considérablement accrue au cours des dernières décennies et qui confèrent une nouvelle physionomie à l’argot de notre temps notamment aux “parlers des cités” et à la “la langue des jeunes”. L’auteur se penche sur ce phénomène en examinant de façon détaillée la fortune des emprunts aux idiomes étrangers au sein des trois grandes périodes historiques de l’argot et en illustrant en particulier l’apport des langues et dialectes tsiganes. La dernière partie de cette étude fournit un glossaire regroupant la plupart des termes et expressions tsiganes en usage dans les cités et les banlieues puis montre que ces emprunts constituent une des modalités d’enrichissement et de déguisement de l’argot bien emblématiques de notre époque et parmi les plus habilement exploitées par les argotiers contemporains. Maryvonne Baurens est Ricercatore de langue française à l’Université de Macerata. Elle a déjà publié une brève étude sur l’argot: «Les couleurs de l’argot» contemporain ds. Quaderni di filologia e lingue romanze, Ricerche svolte nell’Università di Macerata, Terza serie, 17, 2002, pp. 293-320. »

Changements récents du groupe Argot