Registre

< Fréquence | Aide générale | Commentaire >

Le registre tente d'indiquer, approximativement, pour une entrée donnée, sa qualité sociale, son registre.

Les dictionnaires qui précisent cette valeur la donnent traditionnellement au moyen d'une abréviation dont les suivantes sont les plus usuelles : arg. (argot, argotique), fam. (français familier), pop. (français populaire), vulg. (français vulgaire). Il y en a bien d'autres, et elles peuvent se cumuler.

Dans Bob, au lieu d'une abréviation, on a choisi d'écrire une valeur numérique, en faisant comme si il y avait une échelle partant de 1 (parfaitement académique, comme table) jusqu'à 10 (fortement argotique, càd considéré comme fortement argotique, à tort ou à raison, ainsi de la plupart des mots d'argot ancien : affure, sorgue, refaite, etc.).
On indique parfois une valeur de 0 pour signaler que l'entrée, ayant disparu de l'usage actuel (ou n'existant pas encore dans l'usage ancien) ne peut recevoir de registre.

Par ailleurs, on a voulu essayer d'indiquer une valeur d'origine et une valeur actuelle.

Une valeur numérique

Une valeur numérique (1, 2, …, 9, 10), au lieu d'une étiquette traditionnelle (fam., pop., arg.), c'est bien sûr un artifice puisqu'il suffit de se reporter à la table de référence pour retrouver l'étiquette.

Mais ce choix a des avantages spécifiques :

  1. commodité pour des recherches : si l'on veut filtrer ce qui est d'un certain niveau, il est plus facile de le faire avec des valeurs numériques (tout ce qui est ≈ pop. et arg. est supérieur ou égal à 7) ;
  2. neutralisation des problématiques conceptuelles liées au vocabulaire : que veut dire familier ? le français populaire est-il employé par le peuple ? qu'est-ce que le peuple ? le peuple est-il indigne ? qualifier une grossièreté de français populaire n'est-il pas un jugement de valeur de la classe bourgeoise destiné à condamner l'honnête classe ouvrière ? etc.
  3. éviter les effets de seuil artificiels : de 6 à 7, il n'y a qu'un point ; de « familier » à « populaire », c'est moins clair, on peut avoir l'impression que la distance est plus grande.
  4. une multiplication des points de référence : dès lors qu'un registre est indiqué sous la forme d'une valeur numérique, la notice devient directement un point de référence pour les autres notices sans qu'il soit besoin de se référer à une table de référence.
    Par exemple, si on prend, dans la synonymie de « policier », les mots : flic, poulet et condé, la question n'est plus de savoir qui est arg. pop. ou fam. mais de déterminer comment ces éléments se situent les uns relativement aux autres. Si l'on donne une valeur X à l'un d'entre-eux, partant de là, quelles valeurs on donnera aux autres. Au lieu donc de chercher à déterminer une qualité intrinsèque et comme naturelle (fam., pop., arg.) il s'agit de situer les mots les uns par rapport aux autres, les uns d'après les autres.

Registre ancien et registre moderne

On a essayé de donner une idée du changement de registre d'un mot dans le temps en indiquant un registre ancien et un registre actuel.

Par exemple, le mot flic, qui a pu être argotique à son origine, n'est plus aujourd'hui qu'un mot familier, négligé, pas nécessairement péjoratif. Le mot cambrioler, qui a peut-être été argotique, est aujourd'hui parfaitement académique.

Limites

Dans Bob, comme dans les autres dictionnaires, y compris les plus savants, le registre est apprécié au doigt mouillé, d'après le sentiment, parfois variable, de l'auteur.

Dans le cas du lexique connu, actuellement en usage, on peut essayer de se référer à son expérience propre, de s'accrocher à son sentiment ; mais dans le cas du vocabulaire ancien, le souhait d'approcher le registre original relève de linguistique fiction. Dans certains cas, on peut essayer d'utiliser les données métalinguistiques anciennes (ce que disaient du mot ceux qui les utilisaient, le contexte d'usage, voir s'ils étaient notés dans les dictionnaires, et comment ils y étaient qualifiés) mais le résultat ne peut être que décevant.

Un outil scientifique pourrait exister, théoriquement, mais il faudrait de grands corpus bien étiquetés pour produire des données d'après une moulinette calculant les répartitions, les voisinages, les époques et les fréquences des unités linguistiques. Nous en sommes bien loin.